Et si Oumuamua, le premier visiteur interstellaire, était une sorte de « mouton de poussière », c'est-à-dire un agrégat de poussières cométaires ? C'est la nouvelle théorie qui a été proposée pour expliquer les origines du mystérieux objet.

Une nouvelle théorie sur les origines du mystérieux Oumuamua a été avancée : le visiteur interstellaire serait une sorte d’agrégat de particules de poussière, tel un « mouton de poussière » (« dust bunnies » en anglais, comme les amas de poussières qui se forment sous les meubles). Cette hypothèse a été détaillée le 4 septembre 2020 dans The Astrophysical Journal Letters (une version prépubliée du texte est accessible sur arXiv).

Comme le rappellent ces auteurs, « deux objets interstellaires ont visité le système solaire au cours des trois dernières années, 1I/’Oumuamua et 2I/Borisov, et les deux ne pourraient pas être plus différents ». À l’origine présenté comme une comète, Oumuamua n’a pourtant montré aucun signe d’activité cométaire, tout en montrant signe d’une accélération d’origine non gravitationnelle. La comète Borisov, elle, n’a laissé aucun doute sur sa nature, avec ses caractéristiques très proches des comètes de notre système solaire (même si l’objet a quelques particularités).

Un « mouton de poussière ». // Source : Flickr/CC/Kim Carpenter (photo recadrée)

Tout aurait commencé dans un nuage semblable au nuage de Oort

Pour ces chercheurs, l’origine d’Oumuamua serait un nuage comparable au nuage de Oort, qui est une structure hypothétique située bien au-delà de l’orbite des planètes du système solaire. Le visiteur interstellaire se serait formé à partir d’une comète issue d’un tel nuage, et qui serait en fragmentation. « Ces fragments pourraient servir de site d’accrétion en accumulant des particules de poussière, entrainant la formation d’un agrégat fractal » (avec des motifs similaires à différentes échelles d’observation, comme un flocon de neige, par exemple), écrivent les scientifiques.

Un tel objet, de faible densité, se serait ensuite échappé dans l’espace interstellaire. Selon les auteurs, ce scénario permettrait d’expliquer les « propriétés si inhabituelles » d’Oumuamua, dont l’origine fait encore l’objet de débats près de trois ans après sa détection (qui a eu lieu le 19 octobre 2017). « Notre modèle reproduit la dimension courte d’Oumuamua et la forme allongée de l’objet », notent les auteurs, ajoutant néanmoins qu’ils ne sont pas en mesure de trancher entre une forme de « cigare » ou de « disque » pour la forme du visiteur interstellaire (deux formes qui ont déjà été envisagées pour décrire Oumuamua).

Les scientifiques concluent même que de tels corps pourraient exister dans le système solaire et qu’ils pourraient un jour être identifiés. D’autres « moutons de poussière » célestes restent peut-être à découvrir.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo