Le coronavirus peut-il se transmettre en respirant, en parlant ? Il n'existe aucune preuve sur ce point. En revanche, des études commencent à pointer vers la persistance dans l'air. Ce n'est pas pareil. Le sujet est particulièrement nuancé et complexe.

La recherche scientifique perce pas à pas les rouages du nouveau coronavirus SARS-CoV-2, sans pour autant aboutir à des réponses absolues à toutes les questions. Par exemple, si l’on a certaines pistes sur la persistance du pathogène en fonction des matériaux, ce sont loin des chiffres exacts. C’est probablement quelques heures, mais les études divergent sur combien précisément. Une étude très diffusée en mars, publiée dans The New England Journal of Medicine, indiquait une persistance de vingt-quatre heures sur du carton et trois jours sur du plastique.

Cette même étude abordait pour la première fois la persistance aéroportée du coronavirus, en suggérant que le pathogène pourrait se maintenir trois heures dans l’air. Les bases de cette étude étaient peu solides mais, depuis, d’autres publications ont vu le jour, faisant peu à peu émerger une question : peut-on propager le coronavirus simplement en respirant, et non pas seulement via des particules émises par une toux ou un éternuement. Aux États-Unis, l’épidémiologiste Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des maladies infectieuses et conseiller de Donald Trump, a déclaré que le coronavirus peut se transmettre simplement en parlant, raison pour laquelle il recommande le port généralisé des masques.

On fait le point sur l’état de la recherche sur ce sujet.

La distanciation sociale est l’un des meilleurs moyens pour éviter la propagation du coronavirus, pour tous les modes de transmission. Raison pour laquelle le confinement doit être respecté sur du long terme. // Source : GoToVan

Des études sérieuses mais limitées

La première étude parue dans The New England Journal of Medicine ne prouvait pas grand-chose. Les conditions d’expérimentation en laboratoire ne correspondaient pas aux conditions réelles. En cause : l’étude reposait sur une diffusion aérosol légère, par brumisateur. Ces particules très fines ne sont pas les mêmes que celles éjectées lors d’une toux ou d’un éternuement. Elles sont plus fines. Ce faisant, elles restent plus longtemps en suspension. Les postillons quant à eux sont lourds, alors ils retombent plus rapidement. Les auteurs de l’étude pointaient d’eux-mêmes cette limite.

Fin mars, une nouvelle expérience est réalisée, cette fois-ci par l’université du Nebraska. Anthony Fauci s’appuie entre autres sur celle-ci. Les auteurs ont trouvé de l’ARN viral du coronavirus, dans l’air, au sein de 11 chambres confinées de personnes atteintes par Covid-19, sur treize qui ont été scrutées. Le code génétique a pu être détecté sur des surfaces allant jusqu’à deux mètres du patient, via l’appareil visant à collecter les échantillons d’air, mais aussi sur des objets, des toilettes. Pour ces chercheurs, cela indique « que le SARS-CoV-2 est libéré dans l’environnement sous forme de particules expirées ».

Cette étude présente trois limitations :

  • Il s’agit d’un preprint, elle n’a pas été publiée dans une revue. En bref, cela signifie que l’étude est encore préliminaire et, comme l’indique elle-même l’université, d’autres recherches sont en cours pour préciser les résultats.
  • Le contexte d’une chambre confinée n’est pas anodin : c’est bien plus favorable à ce que des particules virales restent en suspension, là où, à l’extérieur et/ou dans de plus grands espaces, les courants d’air pourront empêcher cette suspension.
  • Plus important encore : si l’étude a bel et bien détecté une charge virale dans l’air, au sein de onze chambres, les chercheurs n’ont pas pu y trouver des particules infectieuses. En somme, il y avait le code du coronavirus, mais celui-ci n’était vraisemblablement pas actif : il ne pouvait contaminer personne à son contact.

Une autre étude sérieuse, chinoise celle-ci, et à nouveau sous forme de preprint, se penche sur les protections faciales du personnel médical. Ces chercheurs de Wuhan ont abouti à des résultats suggérant que certaines actions peuvent contribuer à la re-suspension du pathogène dans l’air : ce serait le cas lorsque les soignants enlèvent les masques de leur visage, lorsqu’ils nettoient le sol ou procèdent à certains mouvements.

Que faut-il en conclure ?

Sur la persistance du coronavirus dans l’air, il n’existe aujourd’hui aucun faisceau complet de preuves. Raison pour laquelle il n’y a aucun consensus scientifique. Des résultats d’études récentes en arrivent à la conclusion que le coronavirus est aéroporté, mais d’autres études tout aussi préliminaires ont conclu que ce n’était pas le cas. L’explication à ces différences pourrait signifier que, oui, le coronavirus est bel et bien aéroporté mais dans des conditions médicales et environnementales assez spécifiques.

Comme on l’a déjà rappelé récemment, il faut par ailleurs bien distinguer la persistance aéroportée du coronavirus à une transmission par l’air. Aucun travail de recherche, même parmi ceux qui concluent que le coronavirus est aéroporté, n’ont trouvé de trace d’une charge virale « active » apte à être infectieuse. Toutefois, s’il se trouvait de l’ARN viral infectieux dans l’air émis par les personnes infectées, alors il resterait encore à déterminer quelle est la dose de particules aéroportées à partir de laquelle on peut être infecté. Il est fortement probable qu’une seule exhalation soit clairement insuffisante, mais que se tenir à côté de quelqu’un d’infecté pendant un certain temps, dans un endroit restreint sans circulation de l’air, expose à une dose devenant véritablement infectieuse.

En bref, l’état actuel de la science sur ce sujet ne permet pas d’en arriver à la moindre conclusion sûre, certaine et irrévocable. Mais dans un contexte de pandémie, où l’on constate bien que le virus à l’origine de la maladie se propage à une vitesse extraordinaire, le principe de précaution pourrait intimer de prendre en considération la possibilité qu’une diffusion aéroportée soit possible. Les scientifiques ne convergent pas sur les résultats eux-mêmes, mais en revanche c’est en majorité le cas sur l’idée que la précaution devrait l’emporter.

Les auteurs de l’étude chinoise concluant que le pathogène peut être resuspendu dans l’air en appellent ainsi, dans leur papier, à améliorer les pratiques de désinfection des lieux où sont soignés les malades, afin de limiter cette potentielle resuspension. Un article de recherche paru dans Nature affirme de son côté qu’un port généralisé des masques permettrait de réduire considérablement le risque d’une transmission aéroportée si elle existe. À partir du moment où il existe des personnes asymptomatiques ou en cours d’incubation, et qui sont donc contagieuses sans être apparemment malades, le masque évite que leurs exhalations diffusent le pathogène.

Crédit photo de la une : Pixabay

Partager sur les réseaux sociaux