Il y a 70 millions d'années, le jour terrestre ne durait pas 24 heures comme actuellement. La Terre tournait sur elle-même bien plus vite qu'au rythme de 365 jours par an. Mais en combien de temps faisait-elle un tour exactement ?

Il y a 70 millions d’années, les jours étaient plus courts sur Terre. Dans une étude présentée le 9 mars 2020, des scientifiques ont estimé la durée du jour terrestre à cette époque : il durait 23 heures et 30 minutes. La manière dont cette estimation a été obtenue est détaillée dans la revue Paleoceanography and Paleoclimatology.

« La durée de la journée a augmenté depuis le Crétacé supérieur », écrivent les auteurs de cette étude. Ce fait était déjà connu, mais la nouvelle étude apporte une estimation plus précise. L’époque du Crétacé supérieur s’étend d’il y a 100,5 à 66 millions d’années (elle s’achève avec la disparition bien connue des dinosaures). À cette époque, les auteurs estiment que la Terre tournait sur elle-même à 372 reprises par an, soit bien plus vite qu’aujourd’hui (365 jours par an).

Deux rudistes. // Source : Wikimedia/CC/Wilson44691 (photo recadrée)

La réponse était dans un mollusque fossilisé

C’est une coquille de mollusque fossilisée enfouie qui a permis de faire cette découverte. Il s’agit d’un fossile de rudiste, un ancien ordre de mollusques marins. Ce sont eux qui façonnaient les récifs à l’époque du Crétacé. Dans cette étude, les scientifiques ont travaillé sur les tranches de la coquille du fossile, en étudiant les anneaux de croissance qui s’y trouvent. Les stries de la coquille peuvent permettre de déterminer l’âge du mollusque (un peu comme on le fait avec les cernes des arbres).

Ces traces renseignent sur les conditions dans lesquelles l’animal vivait et évoluait. Pour en savoir davantage, les scientifiques ont utilisé un laser qui a fait de minuscules trous dans le fossile (d’un diamètre de 10 micromètres, soit la largeur d’un globule rouge). C’est ainsi que les scientifiques ont procédé pour étudier la taille et le nombre de stries révélatrices de la croissance du mollusque. Grâce aux variations de la coquille liées au passage des saisons, les scientifiques ont identifié les années qui s’écoulaient.

Des variations notables entre le jour et la nuit

Une des découvertes étonnantes de ces travaux est que le mollusque semble avoir connu des variations bien plus importantes à l’échelle de la journée, qu’au fil des saisons ou qu’avec le cycle des marées. La coquille fossilisée a permis aux scientifiques de constater qu’il y avait des évolutions marquées entre le jour et la nuit.

L’étude montre ainsi que les fossiles peuvent jouer un rôle inattendu en aidant les scientifiques à obtenir des estimations plus précises d’anciens cycles astronomiques.

Crédit photo de la une : Flickr/CC/Kevin Gill (photo recadrée)

Partager sur les réseaux sociaux