Le prochain visiteur interstellaire sera la comète Borisov. Des scientifiques se sont demandés d'où cet objet céleste, qui va entrer dans le système solaire, était originaire dans l'espace.

D’où vient la comète Borisov, le deuxième visiteur interstellaire connu ? Des scientifiques polonais se sont posés la question dans une étude publiée le 24 septembre 2019 sur arXiv.org. D’après eux, l’objet céleste, officiellement nommé 2I/Borisov, pourrait venir du système Kruger 60. C’est une étoile binaire située dans la constellation de Céphée, à 13,15 années-lumière de notre planète.

« Une comète interstellaire C/2019 Q4 [ndlr : son nom a été modifié entre temps] a été découverte le 30 août par l’astronome amateur Gennady Borisov à l’observatoire MARGOT (Crimée). L’une des questions évidentes est de savoir d’où vient cet objet », écrivent les auteurs. D’après leurs analyses, l’étoile binaire Kruger 60 est « une bonne candidate » pour être le système dont la comète Borisov est originaire. C’est « la seule de notre liste », insistent les scientifiques.

L’orbite de Borisov dans le système solaire. // Source : Capture d’écran JPL Small-Body Database Browser

La comète Borisov est le deuxième visiteur interstellaire identifié après Oumuamua. Contrairement au premier explorateur du système solaire, la comète Borisov a été détectée relativement tôt par rapport au moment de son approche. Le 8 décembre prochain, la comète Borisov atteindra le point de sa trajectoire le plus proche du Soleil (soit une distance d’environ 300 millions de kilomètres). Même s’il y a peu d’espoir que l’on puisse observer la comète Borisov dans le ciel, de gros instruments devraient être braqués dans sa direction pour l’étudier en détails.

Borisov est passé lentement près d’une étoile binaire

En attendant, les scientifiques ne se privent pas de rechercher l’origine probable de la comète. « Il y a un million d’années, C/2019 Q4 est passée à une petite distance de 1,74 parsec [ndlr : environ 5,67 années-lumière] de l’étoile double Kruger 60 avec une vitesse relative extrêmement faible de 3,43 kilomètres par seconde », écrivent les auteurs. Par conséquent, ce système est « une source plausible pour la comète interstellaire ».

Une représentation d’un système binaire. // Source : ESO/L. Calçada (photo recadrée)

Pour estimer l’origine de la comète, les scientifiques ont utilisé les 548 observations de Borisov recensées par le Centre des planètes mineures entre le 30 août et 23 septembre. Les chercheurs ont aussi exploité les données du deuxième catalogue Gaia, afin d’étudier les deux composantes du système Kruger 60.

Les scientifiques peuvent-ils se tromper ?

Avec le rapprochement de Borisov dans les prochains mois, la communauté scientifique aura l’opportunité de définir plus précisément sa trajectoire. De futures observations pourraient-elles remettre en cause l’hypothèse que la comète vient du système Kruger 60 ? « Au fur et à mesure que l’orbite de cette comète deviendra plus précise, la distance minimale entre ces deux corps pourrait varier mais leur vitesse relative restera très faible, ce qui suggère que C/2019 Q4 pourrait être originaire de Kruger 60 », assurent les chercheurs.

Ils admettent néanmoins qu’il faudra attendre encore pour avoir des informations plus fiables sur la comète. Il faudrait aussi en savoir davantage sur la vitesse radiale (le mouvement par rapport à l’observateur) des éléments qui composent le système Kruger 60.

Partager sur les réseaux sociaux