En presque 5 décennies, le Groenland a perdu beaucoup de glace. La Nasa a photographié une même région en 1972 et 2019 et superposé les clichés pour montrer les changements qui se sont produits.

Le Groenland a encore perdu beaucoup de glace cette année, en particulier lors de la récente vague de chaleur. Si la tendance actuelle se poursuit, la région pourrait avoir entièrement fondu d’ici un millénaire. Pour rendre compte de l’ampleur du changement depuis presque 50 ans, la Nasa a diffusé des photos du Groenland le 28 août 2019. Elles ont été prises au même endroit, en 1972 puis 2019.

« Les fronts de glace ont reculé, les pics rocheux sont plus exposés et moins d’icebergs dérivent dans l’océan », constate l’agence spatiale américaine. En quasiment 5 décennies, le fjord de Sermilik — le plus vaste au sud-est du Groenland avec 1 103 km² — a beaucoup changé. La Nasa le constate grâce aux clichés pris dans le cadre du programme Landsat, un réseau de plusieurs satellites qui observent la Terre pour aider à étudier les effets du changement climatique.

L’image prise en septembre 1972. // Source : NASA/Christopher Shuman

La première image, ci-dessus, montre à quoi ressemblait la zone en septembre 1972, lorsque le premier satellite du programme a commencé sa mission. Le deuxième cliché, visible ci-dessous, montre que le même endroit en août 2019. Sur le site de la Nasa, la comparaison est encore plus frappante, car les deux images ont été superposées. À l’aide de la souris, il est possible de balayer l’écran pour voir le paysage changer.

L’image prise en août 2019. // Source : NASA/Christopher Shuman

Davantage de roches nues

Les couleurs grises et brunes de l’image immortalisée en 2019 montrent que la glace en surface a fondu. Cette fonte est « un processus qui concentre les particules de poussière et de roche », à l’origine de cette surface assombrie. En comparant les deux images, on voit que des zones qui n’étaient pas sombres en 1972 le sont devenues en presque 50 ans.

Grâce à ces données, la Nasa a constaté par exemple que le glacier d’Helheim a reculé de 7,5 kilomètres environ. Sur l’image suivante, on aperçoit plus précisément cet endroit : le cliché de 1972 est à gauche et celui de 2019 à droite. Un autre glacier, connu sous le nom Midgard, a quant à lui reculé de 16 kilomètres environ et il s’est scindé en deux. « Il y a beaucoup plus de roches nues visibles désormais, qui étaient d’habitude couvertes par la glace », constate le glaciologue Christopher Shuman, membre du NASA Goddard Space Flight Center.

Un détail de l’image, sur le glacier d’Helheim. // Source : Capture d’écran, NASA/ Chris Shuman

Les 10 milliards de tonnes de glace perdues par le Groenland à cause de la récente vague de chaleur n’ont sans doute pas amélioré la situation. Les activités humaines sont les principales mises en cause par les études scientifiques pour expliquer la hausse des températures à l’échelle du globe. Malgré l’urgence, les pays membres des accords de Paris sur le climat peinent pourtant à respecter les engagements qu’ils ont pris.

Crédit photo de la une : Capture d'écran, NASA/ Chris Shuman

Partager sur les réseaux sociaux