Le pic d'activité des Perséides est prévu pour ce 12 août 2020. D'où vient cet essaim d'étoiles filantes ? Comment bien les voir ? Voici ce qu'il faut savoir sur cet événement astronomique.

Un nouvel essaim d’étoiles filantes va traverser le ciel, deux semaines après les Delta Aquarides Sud. Le maximum des Perséïdes est prévu pour le 12 août 2020. Ce spectacle est très apprécié des spécialistes comme des amateurs d’astronomie. Si vous n’avez jamais observé d’étoiles filantes, c’est l’occasion idéale pour commencer.

Où les chercher dans le ciel ? Comment observer ces étoiles filantes, surnommées les « Larmes de la Saint-Laurent » ? Voici quelques conseils pour profiter de l’événement, en espérant que la météo soit favorable à l’observation du ciel.

Comment observer les Perséïdes ?

Pour voir le pic d’activité des Perséïdes, l’observation peut commencer le soir du 12 août. « C’est un bel essaim. À cette époque de l’année, les vacances sont une bonne occasion de l’observer », nous explique Florent Deleflie, astronome à l’Observatoire de Paris. Pour voir ces étoiles filantes, il faut privilégier un lieu le moins éclairé possible. Par contre, ce n’est pas un problème si l’horizon n’est pas bien dégagé : « la constellation de Persée, dont semblent émaner les Perséïdes, est élevée dans le ciel. Même en montagne, on peut les voir », poursuit le spécialiste.

Pour trouver le radiant, cet endroit d’où semblent partir toutes les étoiles filantes, il faut d’abord situer la constellation de Persée. « En début de nuit, regardez en bas du W formé par la constellation de Cassiopée. Le radiant se trouve dans le prolongement d’une ligne imaginaire entre le W de Cassiopée et la direction du nord », indique Florent Deleflie. Vers 2h du matin, le radiant se sera déplacé en dessous du W formé par Cassiopée.

Le radiant des Perséïdes, vu de Paris le 12 août à 22h. // Source : Capture d’écran The Sky Live, annotations Numerama

L’image ci-dessus représente ce que vous devriez voir en début de nuit, le 12 août. « L’essaim est observable vers 20° de hauteur : c’est la ‘place’ que prend la main sur le ciel, doigts écartés et bras tendu. Il culmine vers 70° de hauteur en fin de nuit, des conditions idéales si le ciel est dégagé », explique l’astronome de l’Observatoire de Paris.

Comme d’habitude avec les étoiles filantes, pas la peine d’utiliser un instrument : vos yeux seuls suffisent. Laissez-leur simplement le temps de s’habituer à l’obscurité. Si vous ne pouvez pas voir les Perséïdes dans la nuit du 12 au 13 août, ce n’est pas grave : l’essaim est encore actif jusqu’au 24, selon la Nasa.

D’où viennent ces étoiles filantes ?

Les Perséïdes proviennent d’une comète périodique, baptisée 109/Swift-Tuttle (des noms des 2 astronomes qui firent indépendamment sa découverte en 1862). Les étoiles filantes que l’on observe sont la traînée de poussière laissée par cette comète : lorsqu’elles entrent en contact avec l’atmosphère terrestre, leur désintégration provoque ces traces lumineuses. Elles pénètrent dans l’atmosphère à une vitesse de 200 000 km/h.

Une orbite de 109/Swift-Tuttle autour du Soleil prend 133 ans. La dernière fois que cette comète a visité notre système solaire, c’était en 1992, toujours selon la Nasa. Il s’agit d’une comète assez grosse, dont le noyau mesure 26 kilomètres. Comme le souligne l’agence spatiale américaine, c’est presque la taille de l’objet que l’on soupçonne responsable d’avoir provoqué l’extinction des dinosaures.

Le passage de la comète Swift-Tuttle dans le système solaire (l’orbite de la Terre est en bleu). // Source : Capture d’écran Meteors Showers

Les Perséïdes sont connues pour être une pluie d’étoiles filantes très abondante : entre 50 et 100 météores peuvent être observés par heure. Ils sont très brillants et chauds, ce qui permet de les repérer aisément. « Tout le monde peut les observer. Observez-les à plusieurs, c’est encore mieux ! », s’enthousiasme Florent Deleflie.

Vous savez maintenant comment vous y prendre pour observer les Perséïdes, pendant leur pic d’activité (ou jusqu’au 24 août). Bonne observation du ciel !

Article publié initialement le 11 août 2019

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo