Entre le noyau et le manteau de la Lune, il fait plus de 1 300°C. Cette découverte pourrait aussi nous servir pour mieux comprendre la formation de la Terre.

Quelle température fait-il à l’intérieur de la Lune ? La frontière entre son noyau et son manteau fait entre 1 300 et 1 470°C. Cette découverte ne concerne pas que la connaissance de notre satellite : elle pourrait aussi permettre d’en apprendre davantage sur notre propre planète.

Dans un article, publié le 1er avril 2019 dans la revue Geochimica et Cosmochimica Acta, une équipe de scientifiques a tenté d’en savoir plus sur l’intérieur de la Lune. Les recherches ont été menées par Ananya Mallik, professeure adjointe à l’université de Rhodes Island et spécialiste des géosciences.

L’intérieur de la Lune est encore mal connu. // Source : Pxhere/CC0 Domaine public (photo recadrée)

Les histoires de la Terre et de la Lune sont liées

La composition de la Lune peut permettre de comprendre son évolution. « Les histoires de la Terre et de la Lune sont étroitement liées depuis le début. […] Pour mieux comprendre notre Terre, nous devons connaître notre plus proche voisin car nous avons eu un début commun » explique la chercheuse dans un communiqué. L’une des hypothèses les plus connues pour expliquer la formation de notre satellite est celle d’une collision entre la Terre et un embryon de planète, Théia, survenue il y a 4,4 milliards d’années. Cet événement a peut-être favorisé l’apparition de la vie sur Terre.

Pour les scientifiques, observer des ressemblances entre la composition de la Terre et de la Lune est essentiel pour savoir comment la collision s’est produite et comment se sont formés chacun de ces astres. Or, l’intérieur de la Lune est encore mystérieux. Ananya Mallik a eu l’idée de chercher les températures sous la surface de l’astre, pour mieux « déterminer l’état interne, la structure et la composition de la Lune ».

Quelle est la composition interne de la Lune ?

Pour cela, la géoscientifique a utilisé des informations déjà connues sur l’astre. Grâce aux différentes missions Apollo, on sait qu’il fait environ -20°C à la surface de notre satellite. On sait aussi qu’entre 5 et 30 % de la matière se trouvant entre le noyau et le manteau de la Lune semble être à l’état liquide ou en fusion.

Les missions Apollo ont permis de connaître la température à la surface de la Lune. // Source : Pixabay (photo recadrée)

En partant de ces éléments, la scientifique a mené des expériences en laboratoire : elle a soumis un échantillon de matière, comparable à ceux récupérés sur la Lune, à d’importants niveaux de pression. Comme l’explique l’université de Rhodes Island, on pense aujourd’hui que la pression entre le noyau et le manteau de la Lune est 45 000 fois supérieur à la pression atmosphérique de la Terre. Ananya Mallik a reproduit cela et découvert à quel seuil de températures 5 à 30 % de la matière devenait liquide.

La composition interne de la Lune n’est pas encore limpide pour autant. La scientifique ambitionne désormais de découvrir quelle est la densité de cette substance liquide située à la frontière entre le noyau et le manteau de la Lune. Cela devrait d’ailleurs permettre d’estimer encore plus précisément la température de cette zone.

Partager sur les réseaux sociaux