Partie jeudi soir du Kazakhstan, la mission Soyouz MS-12 a rallié avec succès la Station spatiale internationale.

Mission accomplie pour Roscosmos. L’agence spatiale russe a acheminé avec succès trois nouvelles personnes à bord de la Station spatiale internationale, à savoir le Russe Alekseï Ovtchinine et les Américains Nick Hague et Christina Hammock. Ils rejoignent le Canadien David Saint-Jacques, l’Américaine Anne McClain et le Russe Oleg Kononenko, dans le cadre de l’expédition 59.

Les trois astronautes sont partis jeudi 14 mars du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan. C’est un lanceur et une capsule Soyouz qui ont été utilisés au cours de cette mission, intitulée Soyouz MS-12. Il s’agit du deuxième vol opéré par Roscosmos après l’incident de la mission Soyouz MS-10, qui n’avait pas pu atteindre la station à cause d’une défaillance dans la libération d’un des propulseurs d’appoint.

Expédition 59
Les six membres de l’expédition 59. // Source : Robert Markowitz

Un premier vol pour beaucoup

L’incident de MS-10 n’a refroidi ni Alekseï Ovtchinine, ni Nick Hague. Les deux hommes, qui étaient à bord au moment du dysfonctionnement, ont participé sans problème à la mission MS-12. Nick Hague a ainsi procédé à son premier vol spatial, tandis que son collègue russe, lui, en est à son second. Tous les autres inaugurent aussi leur premier vol spatial, sauf Oleg Kononenko, qui en est à son quatrième.

L’arrimage de la capsule Soyouz à la Station spatiale internationale est survenu cette nuit à 2 heures du matin, heure de Paris. L’ouverture du sas permettant aux nouveaux arrivants de monter à bord a eu lieu une heure plus tard. Il n’aura donc fallu qu’environ six heures pour rallier l’ISS, qui orbite autour de la Terre à près de 400 kilomètres d’altitude. La fusée avait décollé à 20h14, la veille.

Pour l’agence spatiale russe Roscosmos, la réussite de la mission Soyouz MS-12 lui met un peu de baume au cœur après un mois de mars contrarié : Moscou a en effet assisté à la réussite du vol d’essai de SpaceX en prévision de ses futurs vols habités, ce qui pourrait à terme l’écarter des prochaines manœuvres de rotation d’équipage. Et ainsi priver l’agence d’une source importante de financement.

Partager sur les réseaux sociaux