Actuellement exposée au Nouveau Musée Bienne, une main de bronze datée de 3 500 ans retrouvée en Suisse pourrait être « la plus ancienne figurant une partie du corps humain. » La tombe d'un homme lui étant lié a également été découverte.

Dans le canton de Berne, en Suisse, deux chasseurs de trésor ont fait une découverte archéologique importante en octobre 2017 sur le Plateau de Diesse, à Prêles. Il s’agissait d’une main sculptée en bronze ornée d’un bracelet en or.

Le Service archéologique du canton de Berne a ensuite exploré la zone au début de l’été 2018 et révélé une tombe contenant des ossements. Le 18 septembre 2018, les archéologues ont fait part de leurs avancées sur cette curieuse découverte.

Détail de la main retrouvée // Source : Service archéologique du canton de Berne, Philippe Joner

Une pièce vieille de près de 3 500 ans

C’est une jeune femme, Sarah Chiha, et son beau-père, Massimo Bech, qui sont à l’origine de la découverte dans le Jura bernois en octobre 2017. Les deux chasseurs ont aussitôt remis les objets au Service archéologique de Berne, le lieu fut placé sous surveillance et non divulgué au public.

Grâce à la datation au carbone 14, il a été estimé que la main remontait à l’Âge du bronze moyen, entre 1 500 et 1 400 ans avant J.-C. Surnommé « la main de Prêles », il pourrait s’agir de l’objet le plus ancien ayant la forme d’un membre humain avec 3 500 ans au compteur. La datation de la côte humaine fait part d’une centaine d’années de différence entre celle-ci et l’ornement.

Mais ce n’est pas tout. En juin 2018, les archéologues ont également découvert une tombe dont les ossements, après analyse, appartiendraient à celui d’un homme adulte. Un fragment de doigt retrouvé à l’intérieur de la tombe a confirmé que la main de bronze était bien associée à cette tombe. Ils ont aussi déterré une sorte d’ornement en forme de spirale (en bronze) et des morceaux de feuilles d’or.

La site où a été découvert les objets // Source : Service archéologique du canton de Berne, Philippe Joner

« Nous n’avons jamais vu quelque chose comme ça. Nous n’étions pas sûrs que cela soit authentique ou non, ou même de ce que c’était, » assure Andrea Schaer, responsable du Département d’Histoire Ancienne et d’Archéologie romaine du Service d’archéologie de Berne.

Une main montée sur un sceptre ?

La forme creuse de la main laisse à penser qu’elle devait être montée sur un autre objet tel qu’un sceptre mais aussi que la dépouille appartiendrait à quelqu’un de haut rang. Des recherches plus approfondies ont aussi révélé que l’homme a été inhumé au-dessus d’une construction plus ancienne que la tombe elle-même.

Le Service archéologique appuie l’importance de cette découverte : «  À la connaissance des spécialistes suisses, allemands et français, on n’a jamais trouvé de sculpture comparable datant de l’Âge du bronze en Europe centrale. La main de Prêles est à ce jour la pièce en bronze la plus ancienne figurant une partie du corps humain. C’est donc un objet unique et remarquable. » La main de Prêles sera exposé au Nouveau Musée Bienne du 18 septembre au 14 octobre 2018.

Partager sur les réseaux sociaux