Des passionnées d'herpétologie veulent entrainer une intelligence artificielle à identifier des photos de reptiles et d'amphibiens. Ils en appellent à la contribution des internautes afin de constituer une base de données pour entraîner cette IA.

En 2015, la Société Herpétologique de France (SHF) faisait observer qu’une espèce sur cinq de reptiles et d’amphibiens était menacée de disparition en France métropolitaine. Outre l’urbanisation ou le réchauffement climatique, la méconnaissance de ces espèces par l’être humain explique également le risque de disparition qu’elles encourent.

Afin de mieux reconnaître ces animaux, des passionnés de reptiles et amphibiens ont eu l’idée de miser sur l’intelligence artificielle, et l’aide du grand public. Sur leur site, baptisé What The Herp ?, et via leur compte Twitter, ces herpétologistes invitent les internautes à fournir des images de reptiles et d’amphibiens, afin de disposer d’une base de données de 250 clichés. Celle-ci servira à entraîner une IA baptisée Fitch, en l’honneur de l’herpétologiste du même nom.

« J’apprends à identifier des amphibiens et des reptiles, se présente ainsi cette IA. Pour m’entraîner, j’examine un grand nombre d’images où des reptiles sont préidentifiés. Avec cet entraînement, je peux aider à identifier d’autres images, non identifiées au préalable, contenant des amphibiens et des reptiles. »

Fitch

Des cadres pour aider l’IA

La contribution des internautes est donc essentielle pour ce projet, bien que ses fondateurs reconnaissent que la mauvaise réputation des reptiles et amphibiens auprès du plus grand nombre ne joue pas en leur faveur. « Le plus gros problème que nous rencontrons dans la conservation des reptiles est que nous travaillons sur l’un des groupes les plus détestés de la planète — comme les araignées. En donnant aux gens un moyen d’identifier ce qu’ils voient, cela pourrait les dissuader de les tuer », avance Don Becker, informaticien et passionné d’herpétologie.

L’une des principales difficultés qui se posent pour cette IA réside dans l’environnement où se trouvent les animaux sur les images ; en effet, les reptiles et amphibiens sont le plus souvent photographiés dans des herbes sèches. Pour contourner ce problème, les créateurs de Fitch essayent de concentrer l’attention de l’IA sur l’animal en ajoutant un cadre autour de la zone où se trouve le reptile.

Outre la publication de vos propres photos, vous pouvez contribuer à dessiner ces cadres dans les photos récupérées par Fitch, afin d’aider l’IA à ne pas perdre de temps lors de son entraînement.

Vous pouvez soumettre vos propres photos de reptiliens ou d’amphibiens à Fitch sur le site de What The Herp ?, juste ici.

Partager sur les réseaux sociaux