Une surprenante exoplanète a été étudiée à l’aide du télescope James Webb. Sur WASP-107b, il pleut du sable.

Sur cette étonnante planète, la pluie tombe en grains de sable. Son nom ? WASP-107b. Cette découverte vient d’être annoncée le 15 novembre 2023. Elle a été rendue possible par le télescope spatial James Webb. L’observatoire a détecté plusieurs éléments dans l’atmosphère de WASP-107b : de la vapeur d’eau, du dioxyde de soufre et, surtout, des nuages de sable.

Une exoplanète chaude et pelucheuse

Que sait-on de ce monde étonnant ? Cette exoplanète (une planète située hors du système solaire) est un astre chaud. Très chaud : il fait environ 500°C dans la couche la plus extérieure de son atmosphère ! C’est une planète gazeuse assez atypique, d’une masse à peu près comparable à celle de Neptune et d’un diamètre semblable à celui de Jupiter. Par conséquent, WASP-107b est plus « pelucheuse » que les planètes géantes gazeuses du système solaire. Cette particularité est intéressante, car elle aide à sonder son atmosphère en profondeur (50 fois plus profondément qu’on peut le faire pour Jupiter).

Résultat des observations : son « atmosphère étendue est en train de s’éroder », écrivent les scientifiques dans la revue Nature. Dans un communiqué détaillant la découverte, l’atmosphère de cette planète est décrite comme cotonneuse, dynamique et présentant « un transport vigoureux de matière ».

Vue d'artiste de WASP-107b. // Source : Illustration: LUCA School of Arts, Belgium/ Klaas Verpoest (visuals), Johan Van Looveren (typography). Science: Achrène Dyrek (CEA and Université Paris Cité, France), Michiel Min (SRON, the Netherlands), Leen Decin (KU Leuven, Belgium) / European MIRI EXO GTO team / ESA / NASA
Vue d’artiste de WASP-107b. // Source : Illustration: LUCA School of Arts, Belgium/ Klaas Verpoest (visuals), Johan Van Looveren (typography). Science: Achrène Dyrek (CEA and Université Paris Cité, France), Michiel Min (SRON, the Netherlands), Leen Decin (KU Leuven, Belgium) / European MIRI EXO GTO team / ESA / NASA

Les nuages de sable de WASP-107b sont particulièrement intrigants. Même si l’on a déjà soupçonné la présence de nuages sur d’autres exoplanètes, WASP-107b permet pour la première fois d’identifier avec certitude la composition chimique de ces nuages. « Dans le cas présent, les nuages sont constitués de petites particules de silicate, une substance familière aux humains que l’on trouve dans de nombreuses régions du monde en tant que constituant principal du sable », résume le communiqué détaillant la découverte.

Le phénomène à l’œuvre sur cette exoplanète n’est finalement pas si différent du cycle de l’eau sur Terre (évaporation dans l’atmosphère, puis condensation pour former des nuages). À la différence qu’il implique des gouttelettes de sable. C’est un cycle continu qui est à l’origine de la présence pérenne des nuages de sable observés dans l’atmosphère de WASP-107b.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !