Un problème a été détecté au niveau du dispositif servant à allumer les moteurs. Le vol vers l’ISS de la fusée de SpaceX a été annulé.

Pas de décollage pour SpaceX aujourd’hui. Alors que la mission habitée Crew-6 devait quitter le centre spatial Kennedy (Floride, États-Unis) tôt dans la matinée du 27 février (7h45, heure de Paris), un problème a été décelé au niveau du segment sol, moins d’une demi-heure avant le décollage, entraînant l’annulation de la procédure.

Problème à l’allumage

Selon les premiers éléments partagés par SpaceX sur Twitter, le problème affecte le système TEA-TEB, deux acronymes désignant le triéthylaluminium et le triéthylborane, deux composés chimiques qui, en les mélangeant, déclenchent l’allumage des moteurs d’une fusée — ici, la Falcon 9. En somme, c’est comme une allumette servant à embraser la mèche.

L’incident n’a heureusement eu aucune conséquence, hormis la perturbation du planning, qui a été ajusté en conséquence : le prochain créneau pour envoyer la mission habitée Crew-6 est fixée au jeudi 2 mars 2023, à 06h34 du matin (heure de Paris). Le décollage aura toujours lieu du centre spatial Kennedy, à bord de la Falcon 9 de SpaceX.

Crew-6
La capsule de transport, au sommet de la fusée. // Source : SpaceX

Le carburant à bord du lanceur — les ergols, ici un mélange d’oxygène liquide et de kérosène — a été évacué en toute sécurité. Une fois cette partie critique achevée, le système d’évacuation qui permettrait à la capsule d’être projetée très loin en cas d’explosion a été désarmé. Le bras d’accès à la fusée a été remis en place afin de permettre aux quatre astronautes de sortir.

La mission Crew-6 est une mission de rotation classique d’équipage dans l’ISS (la Station spatiale internationale). Quatre personnes doivent partir pour un séjour de six mois : deux Américains (Stephen Gerard Bowen, qui a déjà effectué trois vols spatiaux, et Warren Hoburg), un Russe (Andreï Fediaïev) et un Émirati (Sultan Al Neyadi). Tous sont novices.

Si les États-Unis et la Russe envoient régulièrement du personnel dans l’espace, et cela depuis des dizaines d’années, l’accès à l’environnement extra-atmosphérique est très nouveau pour les Émirats arabes unis. Sultan Al Neyadi est en effet le deuxième astronaute du pays à dépasser la barre des 100 kilomètres d’altitude, après Hazza Al Mansouri, en 2019.

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !