La triple épidémie constatée en France, l’explosion du Covid-19 en Chine, les difficultés croissantes d’approvisionnement compliquent l’accès à certains médicaments basés sur le paracétamol. Depuis le 4 janvier, leur vente sur Internet est provisoirement interdite.

Comme une impression de déjà-vu. Alors que la Chine est confrontée à une flambée de Covid-19 et que plusieurs pays dans le monde — dont la France — imposent des tests pour tous les voyageurs en provenance de ce pays, y compris en cas d’escale ailleurs, voilà que la vente en ligne de certains médicaments à base de paracétamol (comme le Doliprane et le Dafalgan) vient d’être temporairement interdite.

Un arrêté de l’exécutif suspend la vente de ces produits pharmaceutiques sur Internet. Cette restriction va durer jusqu’à la fin du mois de janvier et ne porte que sur les médicaments ne contenant que du paracétamol. Cette situation rappelle une interdiction semblable sur le paracétamol, l’ibuprofène et l’acide acétylsalicylique (aspirine) en mars 2020.

L’explosion du Covid-19 en Chine affecte l’accès au paracétamol

Le gouvernement déclare prendre cette décision au regard d’une tension sur ces médicaments qui dure « depuis plus de six mois », sans que les mesures prises par les autorités sanitaires aient permis d’y mettre fin. À cela s’ajoute une situation épidémique très dégradée en Chine, qui fait craindre « un risque d’aggravation des tensions en approvisionnement. »

La Chine s’avère être un très important pays producteur de ces spécialités. Or à la hausse extrême des contaminations s’ajoutent les difficultés de production dans le pays pour produire plus de médicaments (il n’y a pas assez de main d’œuvre pour peupler les lignes de production) et la réquisition des médicaments par Pékin — les exportations sont interdites depuis fin décembre.

Des boîtes de Doliprane. // Source : Léa Hamadi pour Numerama
Des boîtes de Doliprane. Celles-ci ne sont plus disponibles à la vente sur Internet pour un mois. // Source : Léa Hamadi pour Numerama

Résultat des courses, le marché mondial a beaucoup plus de mal à s’approvisionner. Cette jugulation de la vente tombe relativement mal pour un pays comme la France, qui fait face à une triple épidémie : en plus du Covid-19 (en recul début janvier du côté des contaminations), l’Hexagone est touché par de nombreux cas de grippe et de bronchiolite.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, en octobre 2022, avait déjà annoncé des pistes pour « limiter les tensions d’approvisionnement ». À l’époque, elle préconisait de « limiter la vente en ligne de paracétamol » et de ne pas prescrire plus de deux boîtes par patient, sauf sur justification. Elle appelait aussi le public à s’abstenir de faire des stocks de paracétamol.

Les difficultés des pharmacies à s’approvisionner en Doliprane s’accentuent peu à peu dans les pharmacies depuis l’été 2022 — au point que la situation soit décrite comme une pénurie. Celle-ci est causée par des tensions dans la chaîne de production de Sanofi sur ce médicament, et ce depuis la pandémie.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !