Le télescope spatial James Webb (JWST) a pu observer Jupiter. Ses images de la planète géante, présentées par la Nasa, sont à couper le souffle.

Pouvait-on être encore plus impressionnés par l’impétueuse Jupiter ? De nouvelles images de la planète géante gazeuse, obtenues par le télescope James Webb, démontrent que oui. Ces clichés, présentés le 22 août 2022 par la Nasa, sont tout simplement époustouflants.

Sur la première image, la grosse planète apparaît avec un niveau de détail saisissant, comme le relève le planétologue James O’Donoghue sur Twitter : « Incroyable détail de l’atmosphère turbulente, des aurores aux pôles, des anneaux encerclant la planète, les minuscules lunes et même quelques galaxies en arrière-plan. » Il ajoute que « ce sont les plus belles images de Jupiter [qu’il ait] jamais vues ». Et, ce, alors que faire « des recherches sur les aurores et la haute atmosphère de Jupiter » est son métier — et qu’il est donc habitué à voir de magnifiques images de ce corps céleste.

jupiter james webb jwst
La Grande tache rouge et les aurores sur Jupiter. // Source : NASA, ESA, CSA, Jupiter ERS Team; image processing by Judy Schmidt.

La Grande tache rouge de Jupiter brille (en blanc)

On peut nettement voir les aurores au-dessus des deux pôles de la planète, qui ressortent dans une couleur qui tend vers le rouge. En jaune et vert, des « brumes tourbillonnant autour des pôles Nord et Sud » sont bien visibles également, décrit la Nasa. Un « nuage principal plus profond » est rendu observable par sa coloration en bleu. Quant à la Grande tache rouge, cette formation si caractéristique sur Jupiter, elle se détache du reste en blanc — elle reflète beaucoup la lumière du Soleil.

jupiter james webb
Jupiter vue par James Webb, détails. // Source : NASA, ESA, CSA, Jupiter ERS Team; image processing by Ricardo Hueso (UPV/EHU) and Judy Schmidt.

Dans une vue plus large de Jupiter, le télescope de la Nasa est parvenu à immortaliser l’environnement de la planète. On distingue ainsi ses anneaux (un million de fois moins lumineux que Jupiter elle-même) et deux de ses lunes, Amalthée et Adrastée. En fond, on repère des éléments flous, qui semblent être des galaxies.

Les deux images de Jupiter ont été obtenues avec le même instrument de James Webb : NIRCam, la caméra pour l’infrarouge proche (une lumière invisible pour l’œil humain). À l’aide de ses 3 filtres infrarouges, la caméra a été en mesure de montrer des détails de la planète.

Ce qu’il faut cependant comprendre, c’est que les images n’arrivent pas telles quelles vers la Terre. Comme l’explique la Nasa, le télescope envoie « des informations sur la luminosité de la lumière sur les détecteurs de Webb ». Il faut encore traiter ces données brutes, pour les traduire en images. Ici, les astronomes professionnels ont été aidés par une non professionnelle, une « citoyenne scientifique », Judith Schmidt. Cette Californienne a beaucoup travaillé sur les données de Hubble, et son travail a rapidement attiré l’attention des scientifiques. On comprend pourquoi en voyant ses sublimes images de Jupiter.