Activision a officialisé Call of Duty: Warzone 2.0, la nouvelle génération de son Battle Royale. Un premier détail risque de faire grincer des dents : la progression du premier Warzone ne sera pas transférée.

Comme c’était prévu, Activision va amorcer une nouvelle ère pour sa saga Call of Duty, dont le dernier épisode en date a copieusement déçu. Dans un communiqué publié le 8 juin, l’éditeur a présenté plus en détail Call of Duty: Modern Warfare II et, surtout, Call of Duty: Warzone 2.0. Il y aura bien un nouveau Battle Royale se déroulant dans l’univers Call of Duty. Mais certains fans ne vont pas accueillir cette annonce avec une joie totale.

En effet, Call of Duty: Warzone 2.0 ne sera pas une simple mise à jour de Call of Duty: Warzone, mais bien une expérience flambant neuve qui impliquera de gros sacrifices pour les joueuses et les joueurs d’aujourd’hui. Concrètement, toute la progression débloquée — et/ou achetée — dans la première version sera perdue. Une mauvaise nouvelle pour les fans fidèles depuis le lancement de Warzone en 2020.

Call of Duty: Modern Warfare II
Call of Duty: Modern Warfare II // Source : Activision

Le gros risque d’Activision avec COD: Warzone 2.0

Imaginez un joueur expert de Fortnite perdre tout ce qu’il a débloqué à chaque nouvelle saison ?Dans la description, Activision évoque du contenu bien évidemment inédit, en lien avec Call of Duty: Modern Warfare II, et « un écosystème articulé autour d’une nouvelle progression et de ses propres objets [à obtenir]. » D’un sens, tout le monde repartira sur un pied d’égalité.

Qu’adviendra-t-il de tout ce temps dépensé dans Call of Duty: Warzone premier du nom ? « Le Warzone d’aujourd’hui continuera comme une expérience séparée, qui assurera une continuité pour la progression et les objets au sein de cette expérience », indique Activision. Néanmoins, on n’imagine pas l’éditeur maintenir le premier Battle Royale sous assistance respiratoire pendant très longtemps. Cette phrase ressemble davantage à un petit trait de communication pour ne pas trop froisser les joueurs les plus investis.

Activision justifie ce choix par la volonté de proposer un Warzone 2.0 « de pointe », ce qui sous-entend avec des bases beaucoup plus solides. Cette stratégie risque de faire débat. Elle confirme surtout que Call of Duty: Warzone est mal né : il n’a pas été pensé pour évoluer d’une manière pérenne dans le temps — ce qui avait fait dire à l’éditeur qu’il était « cassé ». Ce Warzone 2.0 apparaît finalement comme un mal nécessaire, en espérant qu’il n’y aura pas une version 3.0 qui effacera tout dans quelques années.