Sony a récemment entrouvert la porte aux joueurs PC en leur proposant certains titres qui étaient d'abord exclusifs aux consoles PlayStation. Pour autant, la stratégie de la firme nippone reste très difficile à suivre.

« Il y a l’opportunité de proposer ces grands jeux à un public plus large », clamait Jim Ryan, président de PlayStation, en février dernier. Quelques mois auparavant, Sony décidait de s’ouvrir aux joueurs PC en leur proposant l’excellent Horizon Zero Dawn — l’un des titres exclusifs les plus marquants de la PlayStation 4. Quelques semaines après, la firme nippone lançait un portage PC de Days Gone, autre exclusivité de la PS4. On pensait naïvement que la multinationale était définitivement prête à montrer un désir concret d’ouverture. Aujourd’hui, la stratégie reste trouble.

Sony a bâti le succès de ses consoles PlayStation sur un catalogue de jeux qu’on ne trouve pas ailleurs. En ce sens, voir des productions comme Horizon Zero Dawn et Days Gone arriver sur PC apparait comme un sacré changement de philosophie, pour une entreprise habituée à être leader et, donc, à dicter sa propre loi. Hélas, cette porte entrouverte aux joueurs PC ne va visiblement pas s’ouvrir en plus grand, à en croire les récents propos de Hermen Hulst, homme à la tête de PlayStation Studios.

Days Gone // Source : Capture PS5

La stratégie PC de PlayStation est indescriptible

Dans une interview accordée à GameInformer et publiée le 20 août, Hermen Hulst a tenu à rassurer la cible prioritaire de Sony sur le marché du gaming : les propriétaires d’une console PlayStation. « Vous pouvez compter sur nous pour continuer à créer des contenus phares pour PlayStation — c’est la raison pour laquelle nous existons. C’est important pour nous de tirer le maximum de nos consoles, de créer des vitrines », justifie l’intéressé, en pensant aux spécificités de la manette DualSense. Les versions PC représentent une sorte de cerise sur le gâteau, une manière de rentabiliser un peu plus les coûts de développement — sachant que les exclusivités PlayStation ont pour habitude de très bien se vendre.

C’est pourquoi on ne verra jamais un portage PC de Horizon Forbidden West — la suite de Horizon Zero Dawn — sortir en même temps que les versions PS4 et PS5. On peut le comprendre par rapport à l’ADN de la marque : ce serait trahir sa communauté et, par extension, se trahir elle-même. En prime, le sous-texte commercial ne serait pas très valorisant pour PlayStation. Il reviendrait à affirmer : « Nul besoin d’acheter nos consoles, puisque nos jeux sortent aussi sur PC.  » 

Si cette posture floue s’entend quand on se place du côté de Sony, aux yeux des joueuses et joueurs PC, c’est l’incompréhension la plus complète. Les concernés ne savent pas à quelles exclusivités PlayStation ils et elles vont pouvoir jouer, ni quand. Sur la question du calendrier, Hermen Hulst s’est quand même permis d’indiquer : « Habituellement, il y a environ deux ans entre la sortie sur PlayStation et la sortie sur PC. » Horizon Zero Dawn a été lancé en 2017 sur PS4, puis en 2020 sur PC. Days Gone, de son côté, a attendu 2 ans avant de connaître une nouvelle plateforme. C’est long pour un marché où tout va très vite.

Horizon Zero Dawn // Source : Sony

Quand celle de Microsoft est claire

Quand Sony donne l’impression de tendre une main vers les joueurs PC un peu à contre-cœur et avec quelques réticentes liées à son héritage, Microsoft opte pour une ouverture totale. La firme de Redmond, principale concurrente de Sony sur le marché, se fiche de la plateforme sur laquelle vous jouez, pourvu que vous jouiez à ses jeux.

Derrière cette stratégie bienvenue se cache tout un écosystème au centre duquel on trouve le Xbox Game Pass. Mieux, l’abonnement abat encore plus de barrières : grâce au cloud gaming, on peut profiter de certains titres Xbox sur un smartphone, un iPad ou encore un Mac. Cette aubaine n’est pas réservée qu’aux propriétaires d’une console commercialisée par Microsoft.

En somme, Sony reste encore très centré sur lui-même, et tandis qu’il montre de plus en plus de signes d’ouverture (l’acceptation du cross-play en constitue un autre), ils demeurent encore trop rares pour y voir vraiment clair. Aujourd’hui, personne ne pourra affirmer que le prochain God of War sortira sur PC. Ce ne serait pas un problème, si ce n’était pas incohérent avec la volonté affichée de proposer de plus en plus de jeux au public en question.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo