« Le changement est effrayant. »

En septembre 2021, le service SVOD AppleTV+ diffusera la première adaptation d’une œuvre majeure de la littérature science-fictive : Fondation (Foundation). Constitué de plusieurs ouvrages, d’abord des recueils de nouvelles puis des romans, et écrit par l’écrivain américain Isaac Asimov, ce cycle monumental de space opera est une pierre centrale à l’édifice de la SF. Cette adaptation est donc un défi : on peut tout à la fois être enthousiastes et inquiets du résultat.

Les images des premiers teasers étaient prometteuses en matière d’esthétique et d’atmosphère. Fin août, une première vraie bande-annonce, sous forme de trailer et non de teaser, a été diffusée. Une façon d’entrer un peu plus en profondeur dans ce que livrera la série, et ses dialogues, son approche de l’œuvre d’Asimov.

Les voies du changement

Ce nouveau trailer montre combien AppleTV+ prend son adaptation au sérieux, et y place une ambition assez immense. Les images sont absolument sublimes, l’esthétique est très travaillée, et la sensation monumentale de vertige spatial est déjà présente.

Cette bande-annonce nous permet aussi de picorer quelques éléments dans les choix effectués par l’équipe pour adapter l’œuvre. La série modernisera le récit d’Asimov, notamment quant à la présence des femmes (que l’auteur négligeait clairement). Et c’est une bonne chose. On comprend également, en visualisant quelques explosions et scènes de bataille, que la série ajoutera quelques éléments d’action supplémentaires, qui ne sont pas forcément présents dans les livres. L’approche d’Asimov se voulait essentiellement érudite — le personnage central est un mathématicien ; très descriptive — Asimov l’envisageait comme une approche historique du futur ; et tout à fait pacifique. « La violence est le dernier refuge de l’incompétence » est le mantra de Fondation et d’Asimov.

Fondation. // Source : AppleTV+

 

Les séquences d’action du trailer ne signifient pas pour autant que la série ne respectera pas cette rhétorique ant-violence d’Asimov, mais peut-être sera-t-elle enrobée dans quelques scènes épiques pour tenir en haleine. Si cela peut contribuer au portage du récit sur écran, pourquoi pas, du moment que l’œuvre est respectée et qu’elle n’est pas artificiellement transformée en « Game of Thrones de l’espace ». Toute l’essence du cycle de Fondation serait alors complètement annihilée.

Mais, sur ce point, la bande-annonce est assez rassurante. Dans les dialogues, le fond ressort, et celui-ci ressemble bel et bien à l’état d’esprit de Fondation et aux thèmes chers à Asimov. Une phrase, en particulier, est intéressante : « Change is frightening. Especially to those in power. » (« le changement est effrayant, en particulier pour les personnes au pouvoir »). Or, c’est bien là, au fond, l’un des récurrents chez Isaac Asimov : les conséquences des grands et petits changements d’une société. Fondation évoque l’effondrement à venir d’un empire, et la création d’une fondation pour préserver la civilisation et réduire les âges sombres, mais il s’agit donc d’une rhétorique de l’adaptation : en prévision d’une crise que l’on peut anticiper, comment se préparer à ce grand changement ?

Isaac Asimov déclarait d’ailleurs : « C’est le changement, le changement continuel, le changement inévitable, qui est le facteur dominant dans notre société. Aucune décision sensible ne peut plus être prise sans prendre en compte le monde tel qu’il est, mais aussi le monde tel qu’il sera. En conséquence, cela signifie que pour nos responsables politiques, nos entrepreneurs, et même pour tout le monde, il faut adopter une façon de penser qui est science-fictive. »

Une adaptation réussie d’Asimov se doit bien entendu d’être un space opera spectaculaire, mais aussi conserver tout le jus de cette approche sociohistorique du monde à travers le prisme d’une nécessaire adaptation permanente. En clair : la série Fondation devra être de la grande science-fiction jusque dans ses moindres portions de dialogue pour faire honneur à cette œuvre qui a marqué toute cette littérature. Ce trailer est une promesse en ce sens. Rendez-vous le 24 septembre prochain.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo