Cette semaine, les joueurs Xbox et PlayStation peuvent enfin découvrir Hades. Véritable chef-d'œuvre, ce jeu est le meilleur de l'année 2020, selon nous. On continue bien sûr de vous le recommander chaudement en 2021.

Hades en a fait du chemin. Qui aurait pu prévoir que ce jeu, d’abord sorti en accès anticipé en décembre 2018 (via l’Epic Games Store), allait devenir le chouchou de beaucoup de rédactions spécialisées en 2020, au moment de sa commercialisation sur PC et Nintendo Switch ? Le jeu refait parler de lui en ce moment. Une anomalie le concernant s’apprête en effet à être réparée : à partir du 13 août 2021, il sera enfin disponible sur PlayStation (PS4 & PS5) et Xbox (Xbox One, Xbox Series S & Xbox Series X).

On n’a bien sûr pas manqué à l’appel de Zagreus, rejeton d’Hades las d’être enfermé dans la demeure de son père alors qu’il rêve plutôt des sommets de l’Olympe. Sur Xbox Series X et PlayStation 5, Hades est encore plus réussi — il souffrait de quelques soucis techniques sur la Nintendo Switch tels que des ralentissements. Cette nouvelle sortie du chef-d’œuvre de Supergiant permet par ailleurs à un public plus large de goûter à ses vertus. Et Dieu Zeus sait que Hades est une expérience qui mérite d’être connue de tous.

Les dialogues de Hades sont géniaux // Source : Capture Xbox

Divine idylle

Hades n’a pas changé en moins d’un an : il s’inscrit toujours dans le genre rogue-lite. En résumé, Zagreus traverse des niveaux générés de manière aléatoire. Charge à la joueuse ou au joueur de faire montre de maîtrise pour triompher. Hades s’appuie sur la résilience, cette capacité à essuyer de nombreuses défaites avant de réussir. Il est nécessaire de mourir, recommencer, mourir, recommencer… jusqu’à développer la maîtrise que nous mènera vers un succès d’autant plus gratifiant qu’il aura été difficile à obtenir. Chaque tentative constitue une leçon à retenir pour la suite. De cette manière, rien n’est vraiment vain dans Hades, malgré son côté parfois punitif (les ennemis font mal si on ne fait pas attention).

Une relecture intéressante — et bariolée — de la mythologie grecque

Par rapport aux autres jeux de type rogue-lite, Hades ajoute une grosse dose de narration, ce qui lui permet de captiver au-delà de son gameplay. Chaque dialogue est savamment choisi. Il y a de l’autodérision et des moments de vérité brute (la relation complexe entre un père et son fils en fil rouge). Les punchlines fusent et sont délicieuses.

L’histoire de cette fuite est portée par un casting haut en couleurs : chaque déesse et chaque dieu bénéficie d’un soin particulier. Derrière leurs dialogues et leur apparence, on découvre des travers et des vices. C’est dire le travail d’écriture réalisé par Supergiant, qui livre une relecture intéressante — et bariolée — de la mythologie grecque.

N’oubliez pas de caresser le toutou ! // Source : Capture Xbox

Sur les consoles nouvelle génération, Hades peut laisser s’exprimer sa direction artistique magnifique, véritable festival de couleurs et de détails. Sur Xbox Series X et PlayStation 5, le jeu tourne en 4K à 60 fps, un duo qui apporte un confort non négligeable. En matière de fluidité, le framerate est irréprochable, y compris quand les pouvoirs divins se mélangent et transforment l’écran en une pluie d’effets visuels explosifs. Même dans les moments où l’action semble incontrôlable, Hades fait montre d’une solidité technique infaillible. On se souvient des problèmes que l’on rencontrait, de temps à autre, devant le petit écran de la Switch. La console a les épaules un peu trop frêles pour endosser la générosité immense de Hades. Sur les Xbox et les PlayStation, la pépite addictive de Supergiant respire. Et la joueuse ou le joueur avec.

Admirez les graphismes // Source : Capture Xbox

On terminera par une excellente nouvelle : Hades est disponible dès sa sortie sur Xbox dans le Xbox Game Pass, catalogue de jeux accessible via un abonnement très abordable. Le jeu a tout ce qu’il faut pour s’épanouir au sein du service de Microsoft –qui adore mettre ce genre de joyau en vitrine pour attirer les abonnés.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo