Amouranth a été bannie de Twitch pendant trois jours. Ce n'était pas à cause d'un stream jacuzzi, mais d'un live Yoga ASMR, un nouveau genre qui devient populaire sur la plateforme, et qui pose problème à Twitch.

Après trois jours de ban, Amouranth est de retour sur Twitch. La streameuse, l’une des plus populaires de la plateforme, est très connue pour ses streams jacuzzis, un style de live controversé sur Twitch. Amouranth avait déjà fait parler d’elle il y a quelques semaines, lorsque Twitch avait, sans la prévenir, supprimé les publicités sur son compte.

Mais cette fois, le bannissement n’avait rien à voir avec ses streams jacuzzis, ou parce qu’Amouranth portait un maillot de bain. Selon la streameuse, elle a été bannie du 19 au 22 juin 2021 à cause d’une nouvelle tendance ASMR, le « ear licking » (léchage d’oreilles) yoga. Ce n’est pas la première fois que la streameuse se fait bannir de la plateforme. Depuis 2019, elle a déjà été temporairement exclue trois fois : une fois en 2019, deux fois en 2020. C’est cependant seulement la deuxième fois que son ban est aussi long, d’une durée de trois jours.

Un « contenu sexuel »

Interrogée par le média américain Polygon, Amouranth a expliqué que la raison pour laquelle elle a été bannie concerne une partie de son stream, lors de laquelle elle a fait des poses de yoga, et a fait des bruits de léchage d’oreilles dans son micro. Après son stream, Twitch l’a contactée pour lui expliquer qu’il s’agissait de « contenu sexuel ».

« Je pense qu’il va falloir que je fasse plus attention », a-t-elle également déclaré à Polygon. Leur technique de modération semble être de tout laisser passer, jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus ignorer les choses. » Sur Twitter, la streameuse a été encore plus loin dans sa critique de la modération de Twitch, en expliquant que les streams Yoga ASMR existaient depuis bien longtemps. « Croyez-le ou non, mais ça fait des mois que je vois des filles faire ces streams avec des poses de yoga dingues et de l’ASMR, et elles ont des lives à 2000 ou 5000 spectateurs sans être bannies. […] Ces streameuses sont toujours en activité. Ma seule erreur a été de prendre un manque d’action de la part des modérateurs de Twitch comme de l’acceptation. »

Le premier live d’Amouranth après son bannissement de Twitch // Source : Amouranth / Twitch

Amouranth n’est d’ailleurs pas la seule à avoir été bannie pour ce motif. Indiefoxx, qui avait été bannie au même moment qu’Amouranth, a également été réinstaurée sur la plateforme.

« Être vu comme sexy n’est pas contraire à nos règles »

Les streameuses ont beau avoir récupéré leurs comptes, le débat et les dilemmes de modération de Twitch ne vont certainement pas s’arrêter là. Dans un billet de blog publié en mai, intitulé « Parlons des streams jacuzzis », Twitch avait précisé son approche. « Être vu comme sexy n’est pas contraire à nos règles, et nous ne prendrons pas de mesures contre les femmes ou quiconque pour leur attractivité. »

Dans le cas des streams ASMR, pourtant, il semblerait que la décision de modération soit particulièrement floue. Comme Amouranth l’a précisé, de nombreuses streameuses font ce genre de live — au moment de la publication de cet article, le 22 juin, il y avait au moins trois streams « ear licking » en home page de la catégorie ASMR. De plus, lors de son dernier stream avant son bannissement le 19 juin, Amouranth n’était pas dénudée, et bien qu’elle ait porté le micro à sa bouche, cela n’est pas strictement interdit par les règles de Twitch à propos du contenu sexuellement suggestif.

La plateforme avait également annoncé dans ce billet de blog créer une catégorie particulière pour les streams jacuzzis : au lieu de rester dans la section « just chatting » (discussions) de la home page de Twitch, ils auraient un espace dédié. Cette solution permettait notamment à Twitch de faciliter le travail des annonceurs. Il existe d’ores et déjà une catégorie ASMR, mais Twitch devra-t-il créer une section encore plus précise, dédiée aux streams Yoga ASMR ? Pour l’instant, Twitch n’a pas réagi.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo