Niantic réfléchit à de nouvelles manières d'obtenir des PokéPièces dans Pokémon Go, toujours dans le but de permettre aux joueurs de continuer à chasser des créatures en restant un maximum chez eux.

Niantic a réagi promptement à la pandémie de coronavirus. Pour le studio, il était inenvisageable de ne rien changer à Pokémon Go, alors que les joueurs, qui d’ordinaire doivent aller à l’extérieur pour attraper de nouvelles bestioles virtuelles, sont maintenant encouragés à rester chez eux.

Dans un communiqué publié le 6 mai, il prouve qu’il se creuse toujours la tête pour éviter au maximum à la communauté d’avoir à quitter son domicile. Le chantier qui l’occupe en ce moment s’articule autour des PokéPièces. « Nous cherchons des moyens de vous permettre de gagner des PokéPièces sans vous déplacer », écrit Niantic.

À l’avenir, il ne sera plus requis de défendre des arènes pour récupérer la monnaie virtuelle du jeu (que l’on peut aussi avoir en dépensant de l’argent), qui est indispensable pour progresser sereinement dans le jeu : achat de consommables, agrandissement de son espace de stockage, etc. C’est une excellente mesure pour celles et ceux qui ne seraient pas friands des arènes ou qui n’auraient pas la possibilité de s’y rendre.

Pokémon Go ne devrait pas disparaître avant un moment. // Source : Youtube/Pokémon GO

Pokémon Go, un futur jeu sédentaire ?

Resteà  trouver la bonne mécanique de récupération gratuite des PokéPièces pour que les fans puissent en obtenir plus facilement.

Pour cela, Pokémon Go compte intégrer des défis quotidiens à remplir, liés à des tâches courantes come faire évoluer un Pokémon, prendre une photo de ton copain ou faire un joli lancer. Par conséquent, la défense d’une arène récompensera moins qu’avant : de six, elle passera à deux PokéPièces par heure. Par ailleurs, le nombre maximum de PokéPièces qu’il sera possible de gagner en une journée passera à 55 contre 50 auparavant.

Niantic ne semble pas totalement sûr de cette évolution. Dans un premier temps, elle sera donc testée par les joueurs australiens, dont les retours seront attentivement observés pour ajuster au besoin. « Nous avons hâte de pouvoir proposer cette mise à jour à tous les Dresseurs une fois la phase de test terminée », indique la firme, qui ressent donc le besoin d’expérimenter cette idée avant de la rendre accessible à tout le monde. Il est vrai qu’elle est susceptible de bouleverser l’économie de Pokémon Go et de transformer la manière de jouer. Son déploiement pour le reste du monde dépendra des retours de la communauté.

Crédit photo de la une : Niantic

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo