Les verdicts sur Red Dead Redemption 2 sont tombés et la nouvelle production de Rockstar Games semble bel et bien mettre tout le monde d'accord.

C’est bon : après des mois et des mois d’attente et des conditions de travail très critiquées pour l’équipe de développement, vous pouvez aller acheter Red Dead Redemption 2 sur PS4 ou Xbox One — spoiler : la version Xbox One X est la plus jolie et la plus stable. L’autoproclamé GOTY 2018 est disponible dans les rayons et tout l’engouement suscité depuis son annonce, nourri à grand renfort de bandes-annonces alléchantes, peut désormais prendre forme manette en mains. Jeudi 25 octobre, à 13h pétantes, les médias privilégiés ont eu le feu vert pour publier leur test, à la veille d’une ruée dans les magasins. Le verdict général est sans appel : la version Xbox One de Red Dead Redemption 2 compile un score de 98 sur l’agrégateur Metacritic (97 sur PS4).

Avec des tels retours dithyrambiques, Red Dead Redemption 2  se hisse dans le top 5 de jeux vidéo les mieux notés de tous les temps, un petit point derrière The Legend of Zelda : Ocarina of Time (Nintendo 64) et au même rang que GTA IV (PS3). Mais qu’en dit vraiment la presse ? Ce serait une « une chevauchée fantastique » selon Gameblog et jeuxvideo.com, qui s’accordent sur le titre, tandis que JeuxActu ose un 21 sur 20 qui nous laisse songeurs.

Un monde ouvert aux petits oignons

Les différentes vidéos montrées jusqu’à aujourd’hui préfiguraient un monde ouvert soigné aux petits oignons. C’est visiblement le cas : l’immense carte de Red Dead Redemption 2 — inférieure en taille à celle de GTA V — est bourrée de détails qui rendent les environnements vivants et immersifs. Ainsi, GameInformer n’hésite pas à parler du « monde ouvert le plus animé jamais conçu. » Un constat partagé par IGN, qui évoque « un monde ouvert méticuleusement lustré. » Pour DualShockers, Red Dead Redemption 2 n’est ni plus ni moins que «  l’expérience la plus profonde et immersive de Rockstar Games. » 

Graphiquement, Red Dead Redemption 2 n’est pas en reste. Porté par une direction artistique qui fait honneur à l’époque (la fin du XIXe siècle), le rendu est ahurissant. Un point que Numerama peut confirmer après quelques heures de jeu : sur Xbox One X, le titre est d’une beauté à en donner le tournis, avec des textures chiadées, une modélisation des personnages à la pointe et des effets visuels d’une générosité débordante (exemple : les traces de pas dans la neige). IGN corrobore : « Le rendu de l’éclairage est fantastique, en particulier dans les situations sombres et brumeuses. »

« Red Dead Redemption II est une invitation au voyage dans ce qu’il a de plus noble et de plus dépaysant », clame pour sa part jeuxvideo.com.

Un gameplay ô combien riche

En plus de cette forme ô combien soignée, Rockstar Games n’a pas lésiné sur le fond. GameInformer affirme à ce sujet : «  Rockstar Games a encore une fois créé un jeu qui redéfinit l’expérience en monde ouvert », notamment en améliorant certains éléments du gameplay (les phases de tir, les balades à cheval) et en poussant toujours plus vers le réalisme (la gestion de la nourriture, les conséquences de ses actes). 

Toutefois, jeuxvideo.com trouve quand même à redire sur la prise en main : «  Le titre pâtit d’une certaine lourdeur inhérente aux productions Rockstar, un défaut à imputer aux animations et à cette quête de réalisme. » Une preuve, sans doute, que la perfection n’est pas encore tout à fait atteinte.

Bien sûr, le titre est d’une richesse inouïe et il y a une myriade de choses à faire et à découvrir en plus de la quête principale portée par une écriture solide et inspirée. God is a Geek souligne : «  Il y a tellement à faire dans RDR2 qu’il est impossible de s’ennuyer. » Et on se surprendre à abandonner une mission en cours de route pour remplir une tâche captivante qui s’est présentée sur le chemin. D’ailleurs, le rythme volontairement lent permet de mieux apprécier toutes les petites facettes du gameplay.

Un seul exemple qui en dit long, rappelé par IGN : «  le café doit être infusé pour pouvoir être consommé. » Ambiance.

Partager sur les réseaux sociaux