L’affaire était déjà un peu terminée dès son commencement, mais BETC y a officiellement mis fin avec une vidéo qui confirme que le compte Instagram @LouiseDelage était un faux, destiné à servir une campagne de prévention des addictions.

L’histoire Louise Delage est ébruitée très tôt par Tristan Berteloot, journaliste chez  Libération, qui dès le début du mois de septembre a compris que l’étrange compte Instagram @LouiseDelage était une campagne web manifestement menée par l’agence BETC. Il faut dire qu’en 2016, il est devenu bien difficile de surprendre avec des campagnes numériques tant le sujet commence à être épuisé. Or, les internautes qui s’abonnaient au compte en question recevaient ensuite en recommandation, indélicats algorithmes, le compte de BETC.

https://twitter.com/Tristan_Brtloot/status/774232986581626880

https://twitter.com/Tristan_Brtloot/status/774233790319366144

https://twitter.com/Tristan_Brtloot/status/774234589464322049

Le compte a aujourd’hui posté plus de 150 photos, avec autant de verres ou de bouteilles d’alcool. Et l’agence a fini par révéler une vidéo dévoilant le fin mot d’une affaire qui était finalement déjà connu.

Si la campagne aurait pu être un sans faute, le web est si habitué à de telles opérations que le jeu était perdu d’avance pour BETC qui nous dit : « les internautes savaient-ils ce qu’ils likaient ? » Manifestement oui, et ils ont été plus nombreux à s’intéresser au compte en sachant que c’était assurément une campagne numérique qu’ils ne l’auraient fait si le fond de l’affaire n’avait pas été aussi évident.

L’affaire est donc aujourd’hui terminée. Et l’alcool, c’est mal. À bientôt sur les internet pour de nouvelles campagnes que l’on verra venir à des kilomètres. Mais soyons modestes : le web a tenu un peu plus de quinze jours avant de comprendre et/ou s’intéresser au phénomène.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.