En pleine crise économique liée aux sanctions, la Russie regarde attentivement le déroulement des élections présidentielles en France. L’arrivée de Marine Le Pen au pouvoir offre l’espoir d’un potentiel nouvel allié pour le Kremlin.

Les médias russes ont suivi de près les résultats du premier tour de l’élection présidentielle dévoilés ce dimanche. Ce lundi 11 avril à midi, Perviï Kanal, la première chaîne télévisée du pays a diffusé un sujet d’un peu moins de cinq minutes sur la soirée électorale.

La journaliste de ce groupe possédé par le Kremlin fait rapidement le lien entre la situation politique en France et en Russie. Les sanctions faisant suite à l’invasion sont évidemment évoquées, mais personne ne parle de guerre. Le terme est banni et le prononcer peut conduire jusqu’à 15 ans de prison depuis une loi instaurée le 4 mars dernier.

Elle explique ainsi que, malgré un score élevé (27,84 %), la population française serait en colère contre le président français, à cause d’une crise économique provoquée par les sanctions contre la Russie selon elle. Pour appuyer son propos, la chaîne diffuse une rencontre entre Emmanuel Macron et un citoyen en colère lors de son passage à Dijon le 28 mars dernier et les images de l’œuf jeté sur le président en septembre 2021.

Le sujet continue ensuite avec le QG de Marine Le Pen où l’on ouvre des bouteilles étiquetées « Marine présidente 2022 ». La narratrice décrit la leader du Rassemblement national (RN) comme la candidate contre l’Euro et l’Union européenne. Elle indique que ses positions pro-Russes n’ont pas fait baisser son taux de popularité, que Marine Le Pen ne prolongera pas les sanctions et qu’elle est même prête à sortir de l’OTAN.

Marine champagne
Les images du champagne étiqueté « Marine présidente » ont été diffusé sur plusieurs chaînes télés. // Source : Reuters

Jean-Luc Mélenchon est aussi présenté comme un candidat proche de la Russie et contre l’alliance nord-atlantique, avec des images de son passage à Moscou lors d’un défilé. La journaliste enchaîne avec Éric Zemmour comme soutien notable de la Russie.

Le sujet se termine sur une note alarmiste avec les vidéos de violences et d’altercations ayant eu lieu à Lyon et à Rennes dans la soirée de dimanche.

La fidélité de Marine Le Pen est encore à prouver

Sur les sites d’infos russes, Marine Le Pen a d’abord été gagnante. Les médias se sont appuyés sur les chiffres du ministère français de l’intérieur, calculés sur la base des communes dont les résultats se sont terminé à 19h. Cela ne concernait que 57% des bulletins dépouillés, ne prenant pas en compte les grandes agglomérations dans lesquels les résultats sont plus favorables à Emmanuel Macron. Le score final a été bien relayé, plus tard dans la soirée.

Argoumenty i Fakty, principal hebdomadaire russe, a aussi publié un article, titré Macron ou Le Pen ? Quelle victoire aux élections profitera à la Russie. Ce magazine, détenu par la Mairie de Moscou, est mitigé sur Marine Le Pen. Si Macron est clairement présenté comme le candidat responsable d’une grave crise économique liée (encore) aux sanctions russes encore, les spécialistes interrogés indiquent que Marine Le Pen n’est pas encore prête à prendre des décisions fortes. 

« Elle n’a plus appelé au retrait de la France de l’UE et à l’abandon de l’euro, elle a promis une aide à la communauté musulmane du pays et s’est généralement tournée vers la gauche d’une manière inhabituelle pour un candidat nationaliste ». L’article indique que si la candidate devenait président, la France « sera plus prudente dans l’imposition de sanctions, mais il ne sera guère possible de les abandonner complètement. »

Média russe
« Macron ou Lepen ? Quelle victoire aux élections profitera le plus à la Russie ». Source : Lenta ru

Dans un long article sur Lenta.ru titré, Macron perd ses chances de gagner l’élection présidentielle. Qui va appeler Poutine depuis Paris maintenant ?, le rédacteur interroge une politologue qui imagine malgré tout un rapprochement avec Moscou. « Si Marine Le Pen devient la nouvelle présidente de la Vème République, elle ne pourra pas non plus modifier profondément les relations franco-russes […] En même temps, Marine Le Pen pourra établir des contacts avec Moscou de manière plus cachée et non évidente, répondre aux demandes de la partie russe et essayer de l’aider », peut-on lire.

À noter que tous ces médias maintiennent une ligne éditoriale qui répond à la propagande du régime. Novaya Gazata, un titre considéré comme indépendant, a suspendu la publication de ses articles depuis plus de deux semaines.