Les Jeunes avec Macron voulaient faire un coup de com’ sur le vote des jeunes en investissant des applications de rencontre ; c’est raté. Tinder assure qu’il va supprimer les comptes en question, s’ils sont lancés. Le mouvement aurait décidé de changer de stratégie.

L’initiative n’aura pas fait long feu. Dans des informations transmises à certains médias le 13 février 2022, les Jeunes avec Macron, une branche du parti présidentiel, ont vanté le lancement d’une opération de communications sur plusieurs applications de rencontre.

L’objectif affiché est d’inciter les jeunes au vote. Mais la campagne n’est pas du gout de certaines plateformes, qui préviennent déjà que les profils seront supprimés. Les Jeunes avec Macron auraient changé de technique en abandonnant les faux comptes, mais il n’est pas certain que la campagne soit tolérée.

Un coup médiatique qui fait flop

Ce coup de com a été annoncé par voie médiatique, et repris par plusieurs titres, de la presse écrite à la radio. Dans son article, Le Parisien partage les visuels de la campagne. Des couples enlacés avec un message incitatif : « je vote et toi? », ainsi que « viens matcher avec la démocratie ».

L’opération devait se dérouler sur Bumble, Tinder et Grindr. Numerama a cherché à observer cette campagne à Paris sur certaines de ces applications, sans en trouver la moindre trace le jour de la Saint-Valentin. Et il est probable que ça reste le cas sur Tinder.

Un non respect des règles de Tinder et Grindr

Comme l’explique BFMTV, Tinder souhaite supprimer les comptes de cette campagne, ce que la plateforme a confirmé à Numerama : « Nous n’autorisons pas les faux profils, y compris ceux créés dans le cadre de campagnes politiques, comme indiqué dans nos standards. […] Si de faux profils sont créés, nous prendrons des mesures adéquates. Tout membre qui crée de faux profils pour utiliser Tinder pour mener une campagne politique verra son profil supprimé.» Les Jeunes avec Macron n’ont pas encore répondu à nos sollicitations sur ce sujet.

La modération de Tinder ne recense pas encore de suppression de ces comptes, mais explique qu’elle restera particulièrement attentive. L’application de rencontre s’oppose d’autant plus à l’initiative qu’elle annonce à Numerama qu’une opération de communication autour de vote, dans des canaux dédiés sur l’application, et non pas par des faux comptes, sera lancée dans les prochains jours.

image

Les « community guidelines » de Grindr ne sont pas aussi tranchées que celles de Tinder sur le sujet, mais l’application de rencontre gay mentionne bien qu’elle interdit « d’utiliser Grindr pour effectuer des recherches ou pour promouvoir une entreprise, un club, un événement, un concours ou une organisation », ce qui devrait concerner la campagne des Jeunes avec Macron. En revanche, les règles de Bumble n’abordent pas ce sujet.

Toujours selon les informations de BFMTV, l’équipe des Jeunes avec Macron aurait depuis changé de stratégie face à la réaction des plateformes. La campagne de communication ne serait plus basée sur de faux profils : une centaine de militants, inscrits sur les applications, réaliseraient une sorte de campagne de démarchage pour inciter au vote.

Le procédé ne contredit plus les règles sur les faux profils des plateformes, mais il n’est pas certain que l’opération soit tolérée. Elle cherche toujours à promouvoir un objectif électoral, ce que Tinder interdit explicitement.