Une agence de communication a essayé d'organiser une campagne de dénigrement du vaccin de Pfizer avec des influenceurs français. Mais des éléments laissent penser que la France n'était pas le seul pays visé — au moins un influenceur allemand nous a confirmé avoir également été contacté.

«  Préférez-vous mourir du Covid-19 ou du vaccin ? », peut-on lire en grand, en lettres blanches sur fond rouge. La question aux accents complotistes et délibérément angoissante est accompagnée d’un court texte, écrit dans un anglais approximatif. Il explique qu’une «  fuite de donnée » aurait permis de révéler une information importante : le nombre de décès post vaccination serait trois fois plus important pour les personnes ayant reçu une dose de Pfizer que pour les personnes ayant reçu une dose d’AstraZeneca.

L’article, qui a été publié sur un obscur site anglais dédié aux cryptomonnaies, n’est pas anodin : il reprend exactement le discours d’une campagne de dénigrement du vaccin, lancé par une mystérieuse agence de communication. Le 24 mai, Numerama révélait qu’une agence mystérieuse du nom de Fazze avait proposé à des influenceurs français de réaliser des contenus dans lesquels ils affirmeraient que le vaccin de Pfizer était beaucoup plus dangereux que celui développé par AstraZeneca.

Mais la campagne n’a pas touché que la France : on retrouve les propos et les éléments de langage utilisés par Fazze dans d’autres pays, et l’agence a également contacté un influenceur allemand.

Il est important de préciser que les affirmations sur la dangerosité du vaccin de Pfizer sont entièrement fausses. Les vaccins développés par Pfizer ne causent pas trois fois plus de décès que ceux d’AstraZeneca. Les deux vaccins sont d’ailleurs sûrs et efficaces.

Un des sites ayant repris la campagne anti-pfizer // Source : Capture d’écran Numerama

Un influenceur allemand contacté

Dans un échange de mail entre Fazze et un influenceur français, que Numerama a pu consulter, l’agence donnait des consignes très précises sur les propos à tenir. Parmi ces directives, on trouvait notamment des liens vers lesquels les influenceurs pourraient renvoyer leurs abonnés. Le mail précisait bien que, pour les influenceurs français, il fallait rediriger vers un article du Monde détaillant une fuite de documents d’AstraZeneca (qui ne prouve en rien la véracité des propos de Fazze). Il était ensuite précisé dans le mail que, pour les influenceurs étrangers, il faudrait retourner vers d’autres « sources », toutes bidons.

Le fait que Fazze s’était adressé à des influenceurs étrangers étaient donc une possibilité connue. Cependant, nous n’avions jusqu’à présent pas eu de preuve que l’agence était bien rentrée en contact avec des personnalités étrangères. C’est désormais chose faite : Numerama a reçu la confirmation que Fazze a contacté un Youtubeur allemand.

Un extrait de l’échange de mail entre Fazze et un influenceur français, dans lequel l’agence évoque des influenceurs étrangers // Source : Capture d’écran Numerama

Mirko Drotschmann, un Youtubeur allemand comptant près de 1,5 million d’abonnés, a expliqué sur Twitter avoir reçu la même proposition que celle reçue par Léo Grasset. Joint par Numerama, il nous a confirmé qu’il avait bien été contacté par la même agence Fazze.

« Partager un lien explicatif »

« Très intéressant : une agence m’a contacté et m’a demandé si je souhaitais participer à une « campagne d’information ». Il fallait partager un lien vers des documents, prétendument volés, sur le nombre de décès liés aux vaccins contre le covid. Le tout était rémunéré. Siège de l’agence : Londres. Résidence du PDG : Moscou », écrit-il dans son tweet du 18 mai — soit quelques jours avant que des influenceurs français aient été contactés à leur tour.

L’image qui accompagne le tweet est une capture d’écran, sur laquelle on peut voir une partie de la proposition que Mirko Drotschmann a reçue. Il y est notamment fait mention d’une « campagne d’information sur les vaccins contre le Covid-19 », d’une «  fuite de données faisant état du nombre de personnes mortes après avoir reçu une dose de vaccin Pfizer ». Le message se termine en proposant à Mirko de « partager un lien explicatif » et les statistiques de sa chaîne YouTube.

 

A-t-il été le seul influenceur allemand approché par Fazze ? Pour l’instant, il est en tout cas le seul a avoir fait part publiquement de la tentative de l’agence. Numerama n’a pas trouvé de vidéos en allemand reprenant les arguments de Fazze.

BritainNews, TheJJReport, wcoinsw…

Le mail que Mirko Drotschmann a reçu n’est pas le seul indice qui montre que la campagne de dénigrement de Pfizer se serait également déroulée à l’étranger. Numerama a pu retrouver la trace du faux tableau et des fausses données sur plusieurs sites étrangers.

Nous avons a identifié ces sites à partir de mails qui ont été envoyés aux influenceurs par Fazze, que nous avons pu lire, et dans lesquels se trouvait notamment un document reprenant les consignes du partenariat. Long de plusieurs pages, il indiquait également les « sources » sur lesquelles les influenceurs pouvaient se baser pour prouver la dangerosité du vaccin Pfizer.

Ces sources reprenaient toutes les mêmes propos, presque mots pour moi, et utilisaient toutes ce mystérieux tableau, censé représenter le nombre de morts causés par le vaccin Pfizer. Pas de date, pas de source : l’origine de ce tableau est intraçable, et rien ne montre qu’il n’a pas été fabriqué de toutes pièces. Numerama a pourtant tenté d’en retrouver la trace de nombreuses manières, sans succès.

Le tableau censé représenter le nombre de morts causés par le vaccin de Pfizer // Source : Capture d’écran Numerama

Le tableau et les textes indiqués dans les sources de Fazze ont été repris intégralement par trois sites en langue étrangère, peu connus. Il est probable qu’aucun ne soit géré par des êtres humains. Il s’agit de :

  • BritainNews, un site anglais d’information généraliste,
  • TheJJReport, un site anglo-saxon regroupant des articles sur les célébrités, la beauté et les « actualités du monde »,
  • wcoinsw, un site spécialisé dans l’actualité des cryptomonnaies et de l’économie,
  • prominentejetzt (célébrités maintenant, en français), un site allemand de presse people et d’articles publicitaires.

En dehors des articles reprenant la fake news de Fazze, ces sites sont généralement peu fiables : les articles ne sont pas toujours signés, il y a rarement des formulaires de contact, et quasiment aucune information n’est disponible à leur sujet dans leurs pages. Le seul site à disposer d’une page de contact est BritainNews, qui appartient au groupe Mainstream Media, basé à Dubaï. Nous les avons contactés, sans obtenir de réponse pour l’instant.

Ces sites internet n’ont cependant pas l’air d’être spécialisés dans la publication de fake news : ils partagent habituellement des articles écrits par des médias traditionnels, ou alors des communiqués de presse, ou bien des articles publicitaires. Les articles dénigrant le vaccin Pfizer ont été publiés le 19 mai 2021, soit au même moment que lorsque l’agence Fazze a commencé à contacter les influenceurs français, ce qui laisse penser que la publication a bel et bien été planifiée au préalable.

Dans un groupe Facebook américain

Ces publications ont également été partagées sur Facebook, dans un groupe américain de plus de 13 000 membres géré par un média de télévision : « Coronavirus in Mississippi : 3 On Your Side ». Sous plusieurs publications relayant les recommandations de l’agence de santé américaine concernant la vaccination, un utilisateur a partagé les sites évoqués plus haut.

À travers des messages dramatiques, il a essayé de décourager les membres du groupe de se faire vacciner. « Si vous tenez à votre vie et à celles de vos proches, regardez ça. Un rapport d’AstraZeneca a fuité, et il montre le nombre de décès parmi les personnes vaccinées. Pfizer est largement en tête.. », peut-on lire dans l’un des messages. « AstraZeneca a fait fuiter un rapport interne sur les producteurs de vaccins. Regardez le nombre de morts qui ont été vaccinés. C’est incroyable ! », lit-on dans un autre.

Un utilisateur de Facebook a essayé de propager la campagne anti-Pfizer // Source : Capture d’écran Numerama

Numerama a écrit à l’auteur de ces messages, dont le profil Facebook indique qu’il vit à Delhi, en Inde, et dont la photo de profil, fausse, provient d’un site de photos stock gratuites. Il ne nous a pas répondu.

L’agence Fazze, que nous avions également contactée il y a quelques jours, ne nous a toujours pas répondu.

Pour l’instant, en dehors du mail reçu par Mirko Drotschmann, il est difficile de prouver que Fazze serait derrière les articles et les posts Facebook. Néanmoins, leur existence montre bel et bien qu’une tentative de dénigrement du vaccin de Pfizer a eu lieu à grande échelle, basée sur le même faux tableau. Certains arguments semblent également proches de ceux avancés par Sputnik V sur Twitter, le compte officiel du vaccin russe, qui n’a pas encore été approuvé en Europe.

Si vous voyez un influenceur se servir du tableau affiché plus haut ou des arguments de Fazze, méfiez-vous.

Vous avez vu un influenceur dénigrer le vaccin de Pfizer en utilisant le discours de Fazze ? Vous êtes influenceur et avez été contacté par l’agence Fazze ou une autre agence qui vous proposerait de faire une campagne d’influence contre la vaccination ou un vaccin en particulier ? Votre témoignage nous intéresse : n’hésitez pas à nous écrire un message à tips@numerama.com.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo