Le gouvernement a annoncé les nouvelles mesures dures pour lutter contre l'explosion de nouveaux cas de coronavirus, qui ne s'appliquent pas à tout le territoire français. Voici tout ce qui va changer dans 16 départements en France à compter de vendredi 19 mars 2021.

«  Le constat que nous pouvons faire de la situation confirme nos crainte : la progression de l’épidémie s’accélère », a asséné le Premier ministre, qui a parlé d’une troisième vague du coronavirus. «  Nous devons désormais aller plus loin et mettre en œuvre des mesures plus exigeantes  », a-t-il continué, avant d’annoncer des restrictions plus importantes que prévues.

La prise de parole de Jean Castex de ce jeudi 18 mars à 19h était très attendue, car près de 18 millions de Françaises et Français se trouvent dans les régions au centre des inquiétudes du gouvernement : l’Île-de-France et les Hauts-de-France.

«  La situation épidémique se dégrade », avait déjà prévenu Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, en sortie du conseil des ministres la veille, le 17 mars 2021. « Il a été décidé que des mesures supplémentaires seraient prises », avait-il insisté, laissant très peu de place au doute, et espérant probablement préparer la population française à accepter plus de restrictions.

« Si de nouvelles mesures s’avèrent nécessaires, nous devons privilégier une approche territorialisée (…) ne pas appliquer mécaniquement les mêmes mesures qu’hier », a insisté Jean Castex. Selon lui, ces mesures sont « indispensables » et « justes », et pourront être étendue « si nécessaire » au reste du territoire. Il n’a pas abordé le fait que le Conseil scientifique, qui demande des mesures beaucoup plus strictes depuis plus d’un mois, en anticipant la flambée de cas de Covid-19, n’a pas été écouté par le gouvernement.

Proportion des variants en France. // Source : Capture d’écran YouTube Gouvernement

En résumé dans toute la France

  • Le couvre-feu va passer à 19h dans toute la France (au lieu de 18h) à partir de ce samedi 20 mars, notamment pour être en cohérence avec l’arrivée du printemps et l’heure d’été (le 27).
  • Jean Castex a demandé aux entreprises d’atteindre au moins 4 jours sur 5 en télétravail

Le récapitulatif des nouvelles restrictions dans les 16 départements

  • 16 départements connaissent de nouvelles mesures restrictives ;
  • Elles débutent vendredi à minuit et dureront pendant au moins 4 semaines, jusqu’à la mi-avril 2021 au moins ;
  • Les écoles resteront ouvertes ;
  • Les universités continuent de fonctionner comme avant ;
  • Les déplacements hors des départements sont interdits sauf motif impérieux ;
  • Seuls les commerce vendant des biens et services de première nécessité seront autorisés mais aussi ceux qui vendent des livres et la musique ;
  • Les espaces extérieurs sont encore autorisés ;
  • Les règles précédentes concernant les lieux de cultes sont maintenues

Ce qui change à l’école :

  • Les écoles restent ouvertes ;
  • L’éducation physique et sportive pourra reprendre normalement pendant les cours d’EPS ;
  • Les activités sportives des mineurs sont maintenues.

Pour sortir de chez soi

Les déplacements seront encadrés selon des règles plus souples qu’en mars ou novembre « car on sait qu’on se contamine moins quand on se promène en plein air qu’en étant regroupés sans masque en intérieur », a dit Jean Castex.

Il sera possible de sortir de chez soi sans limite de durée, mais :

  • En journée seulement,
  • Avec une attestation,
  • Dans un rayon de 10 km autour de chez soi.

Les 16 départements concernés

Nouveaux départements confinés. // Source : Capture d’écran YouTube Gouvernement
  • Pas de Calais
  • Nord,
  • Somme,
  • Oise,
  • Seine Maritime,
  • Eure,
  • Alpes-Maritimes,
  • Aisne
  • Paris (75)
  • Seine-et-Marne (77)
  • Yvelines (78)
  • Essonne (91)
  • Hauts-de-Seine (92)
  • Seine-Saint-Denis (93)
  • Val-de-Marne (94)
  • Val-d’Oise (95)

Une troisième vague

Jean Castex a parlé très clairement d’une « troisième vague ». « Cette troisième vague, nous en connaissons la cause : un variant dit britannique, qui représente désormais 3/4 des contaminations », a-t-il souligné. Le virus serait plus virulent et plus grave, a dit le Premier ministre.

«  Les hospitalisations concernent des personnes plus jeunes que pour les vagues précédentes », a-t-il continué, précisant que la situation se dégradait.

L’état actuel de la situation sanitaire

Il n’est plus vraiment possible de l’ignorer : la situation sanitaire est extrêmement tendue en France. Mercredi 17 mars, il y avait 38 501 cas supplémentaire détectés, en 24 heures, et un taux de positivité des tests PCR de 7,5 %. « 4 269 malades de la Covid étaient hospitalisés » hier, a souligne le Premier ministre.

23 départements sont en «  surveillance renforcée » mais «  la situation appelle des mesures beaucoup plus fortes », a assuré Jean Castex.

Taux d’incidence. // Source : Capture d’écran YouTube Gouvernement

Quel constat en Île-de-France ?

Le taux d’incidence en Île-de-France a dépassé les 400 pour 100 000 habitants, ce qui est beaucoup trop — il est même de 512 en Seine-Saint-Denis ce jeudi 18 mars 2021. «  La pression hospitalière atteint un niveau très élevé », avec plus de 1 200 personnes en Île-de-France, soit plus qu’au pic de la deuxième vague du mois de novembre.

Quel constat en Hauts-de-France  ?

En une semaine, le taux d’incidence (nombre de cas positifs pour 100 000 habitants) est passé dans les Hauts-de-France à 372 (du 7 au 13 mars), alors qu’il était de 322 une semaine plus tôt. Si le seuil de 400 n’est pas atteint, «  il devrait l’être rapidement », a regretté Jean Castex.

L’état de la vaccination en France à la date du jeudi 18 mars

45 % des plus de 75 ans auraient reçu une première injection du vaccin contre le coronavirus, a dit Jean Castex. 5,5 millions de personnes auraient reçu au moins une dose en France, tandis que seulement 2 millions en ont eu deux.

Le gouvernement espère vacciner 10 millions de personnes d’ici la mi-avril.

Taux de couverture des populations cibles. // Source : Capture d’écran YouTube Gouvernement
Campagne vaccinale. // Source : Capture d’écran YouTube Gouvernement

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo