Différence entre le vote populaire et de grands électeurs, vote par anticipation : il n'est pas évident de comprendre les subtilités du système électoral américain. Alors que les deux candidats Joe Biden et Donald Trump se disent tous les deux confiants pour emporter la victoire de la présidentielle de 2020, ce court documentaire de Vox Media en trois épisodes peut vous aider à y voir plus clair.

Comment peut-on obtenir plus de voix que son adversaire et quand même perdre une élection ? C’est l’un des paradoxes du système électoral présidentiel américain, qui revient régulièrement sur le devant de la scène lorsque des élections sont serrées.

Ce 4 novembre 2020 n’échappe pas à la règle. À l’heure où nous écrivons ces lignes, ni Donald Trump ni Joe Biden n’a officiellement gagné l’élection présidentielle des États-Unis. Le résultat de ce scrutin, qui a lieu tous les 4 ans outre-Atlantique, ne dépend pas vraiment du nombre d’Américains qui auront voté en faveur de l’un ou de l’autre, mais d’un système de grands électeurs qui est complexe à comprendre.

Certains votes comptent plus que d’autres

C’est pour cette raison que le travail du site d’information Vox Media est précieux : en plus de nombreux articles explicatifs, nos confrères ont réalisé une série documentaire de trois épisodes de 25 minutes pour Netflix qui sont d’une clarté rare.

Le troisième épisode intitulé « Quels votes comptent vraiment ? » est le plus précieux d’entre eux pour comprendre la situation dans laquelle se trouve le peuple américain, qui attend patiemment le décompte des voix dans certains États cruciaux appelés « swing states » (les États pivots).

Extrait de « Le vote, en Bref » // Source : Netflix

«  En 2016, un électeur du Michigan avait un millier de fois plus de pouvoir qu’un électeur du Wyoming ou de Californie », explique bien le journaliste de Vox, qui interroge à la fois des élus démocrates et républicains, tous conscients des limites de ce processus démocratique.

Les citoyens votent en effet pour ces grands électeurs, par État, qui vont ensuite voter pour le chef ou la cheffe de l’État. La puissance des swing states est basée sur deux caractéristiques principales : la grandeur de leur population (car le nombre de grands électeurs est indexé sur le nombre de sénateurs et députés envoyés par chaque État, ce qui est en partie déterminé par la population) et leur capacité à basculer de gauche à droite en fonction des années.

Extrait de « Le vote, en Bref » qui montre que le nombre de députés à la chambre des représentants varie en fonction des États (mais pas le nombre de sénateurs) // Source : Netflix

Anecdote peu connue : c’est pour cette raison que l’élection présidentielle « officielle » a techniquement lieu en décembre et non pas en novembre, lorsque les grands électeurs et électrices de chaque État vont mettre leur vote dans l’urne, pour désigner officiellement le président ou la présidente des États-Unis.

>> Vous pouvez retrouver la série documentaire de Vox sur Netflix France

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo