Voici quels départements seront classés en rouge ou en vert lors du déconfinement, le 11 mai.

Fin avril 2020, le Premier ministre Édouard Philippe avait annoncé que le déconfinement serait progressif, sous forme de phases, et en partie départementalisé. Le principe est de classer les départements en code rouge ou en code vert en fonction de deux critères : le niveau de circulation du virus (taux de nouveaux cas sur 7 jours) et le niveau de saturation des hôpitaux. Le classement dans une couleur ou l’autre dépend de la synthèse de ces deux indices, auxquels s’ajoute la capacité de dépistage. Les différences entre les départements rouges et les départements verts ne sont pas si grandes, mais pas non plus anodines : dans un département classé rouges, les parcs et les collèges, par exemple, ne réouvriront pas au 11 mai.

Le 30 avril dernier, le ministre de la Santé Olivier Véran avait annoncé une carte préliminaire. Mais c’est ce 7 mai que le Premier ministre a diffusé les cartes définitives des départements français.

Les trois cartes indicatives et la carte finale

«  La pression épidémique a baissé depuis les premières cartes, mais cette baisse cache des disparités parfois importantes selon les territoires », a introduit le ministre de la Santé Olivier Véran. À cette occasion, il a donc présenté quatre cartes. Les voici.

Première carte : circulation du virus

Sur cette carte, s’affichent en vert les départements dont 0 à 6 % des personnes admises aux urgences sont des suspicions de Covid-19 ou des cas avérés ; en orange les départements où ce chiffre est entre 6 et 10 % ; et en rouge Mayotte, où ce taux dépasse 10 %. « Les chiffres proviennent de presque 700 services d’urgences et comptabilise 90 % des passages aux urgences », a précisé Olivier Véran concernant la fiabilité de la carte.

Carte de circulation du coronavirus au 7 mai. // Source : Gouvernement

Deuxième carte : tension hospitalière

Cette seconde carte indique le niveau de saturation des services hospitaliers, notamment par rapport au nombre de lits de réanimation restants, sur les 7 derniers jours. Il y a actuellement « 10 500 lits de réanimation » et l’objectif est de « revenir à notre capacité habituelle », à savoir 5 000 lits, pour prendre à nouveau en charge des malades qui ont besoin de ces lits dans la pratique quotidienne de la médecine.

« Les tensions restent fortes dans certains territoires, c’est le cas dans les régions IDF Grand Est et Bourgogne Franche Comté », a indiqué le Premier ministre.

Carte de la tension hospitalière au 7 mai. // Source : Gouvernement

Troisième carte : capacité de dépistage

Cette troisième carte, entièrement verte, représente la capacité des territoires français à effectuer des tests virologiques (PCR) pour détecter le coronavirus. « Un effort de montée en charge a été réalisé pour armer notre pays en tests, tout a été fait pour tester les personnes les plus vunlérables », a précisé Olivier Véran. Il a ajouté que « la France est prête à dépister massivement », puisque, comme le montre cette carte, la totalité des territoire en capacité de tester massivement, en joignant l’effort des laboratoires publics, privés et vétérinaires.

Carte des capacités de dépistage à base de tests PCR. // Source : Gouvernement

Carte synthèse des indicateurs

Cette dernière carte synthétise les indicateurs évoqués pour les trois précédentes cartes. Il s’agit donc d’une carte synthétique : c’est la carte finale jusqu’au 11 mai des départements classés rouges et ceux classés verts.

Code couleur final des départements français pour le déconfinement du 11 mai. // Source : Gouvernement

En conclusion de la présentation de ces cartes, le ministre de la Santé a précisé que «  l’épidémie est évolutive et la vérité d’un jour peut ne pas être celle de demain ».

Partager sur les réseaux sociaux