Le premier Ministre Philippe a annoncé de nouvelles mesures pour protéger la population du coronavirus. Voici ce que cela change en France pour votre quotidien.

Mise à jour du 14 mars à 20h après le discours du premier Ministre : tous les commerces non essentiels à la vie du pays sont fermés. Les élections municipales sont maintenues. Le stade 3 de l’épidémie est activé. Monsieur Philippe a demandé aux Françaises et aux Français « plus de discipline ».

« Nous ne sommes qu’au début de cette épidémie et partout en Europe elle s’accélère et s’intensifie (…) La priorité pour notre nation sera notre santé  », avait déjà déclaré le président de la République le 12 mars 2020, alors que l’épidémie du coronavirus prenait de l’ampleur en France. « Dans ce contexte, l’urgence est de protéger nos compatriotes les plus vulnérables (…) et de freiner l’épidémie. ».

À l’heure de la mise à jour de cet article, le 14 mars à 20 heures, il y avait 4 499 cas, 12 guérisons et 91 morts recensés en France. 300 personnes sont en réanimation. Contrairement au président de la République quelques jours plus tôt, Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, a déclaré le passage au stade 3 de l’épidémie.

Capture d’écran de l’allocution d’Emmanuel Macron le 12 mars 2020

Coronavirus : ce qui change en France

Emmanuel Macron, tout comme son premier Ministre deux jours plus tard, ont confirmé que les élections municipales, dont le premier tour aura lieu dimanche 15 mars 2020, sont maintenues. «  Des consignes renforcées seront données dès demain », a-t-il précisé, notamment pour éviter que « nos aînés ne patientent pas trop » dans les files.

Concernant les Françaises et Français, voici ce que le président de la République a annoncé comme changements importants :

  • Le 14 mars au soir, le premier Ministre a annoncé la fermeture à minuit de tous les lieux recevant du public non indispensables à la « vie du pays  ». Cafés, cinémas, restaurants, discothèques et autres lieux non essentiels seront donc fermés. Les banques, pharmacies, marchés, bureaux de tabac et de presse restent ouverts.
  • Dès lundi 16 mars 2020, les crèches, écoles, collèges, lycées et universités seront fermés  « jusqu’à nouvel ordre ». Le président a parlé d’un «  service de garde » mis en place pour aider les parents, mais aucune précision n’a été donnée jusqu’ici. Cette mesure a pu surprendre, vu que le ministre de l’Education nationale maintenait jusqu’ici que les écoles resteraient ouvertes  ;
  • Les rassemblements de plus de 100 personnes sont interdits à compter de vendredi 13 mars 2020.
  • Toutes les personnes de plus de 70 ans, qui souffrent de maladies chroniques et respiratoires ou en situation de handicap sont invitées à « rester à domicile » et de « limiter leurs contacts au maximum ». Elles peuvent bien sûr sortir pour « s’aérer » ou faire des courses, mais il vaut mieux limiter les déplacements ;
  • La trêve hivernale est reportée de deux mois ;
  • Les transports publics seront en revanche maintenus, mais les Français sont invités à « limiter leurs déplacements » au strict nécessaire. Le 14 mars, un plan d’aménagement a cependant été évoqué.
  • Le gouvernement devrait aussi annoncer bientôt des mesures qui invitent à « limiter les rassemblements » publics, mais Emmanuel Macron n’a pas apporté de précisions supplémentaires ce jeudi soir.

Pour les entreprises et les salariés

  • Un « mécanisme exceptionnel et massif de chômage partiel  » va être en mis en place pour que l’État «  prenne en charge l’indemnisation des salariés contraints à rester chez eux » — les parents qui ne peuvent pas trouver de solution pour garder leurs enfants seront-ils concernés par cette mesure ? Le président de la République ne l’a pas précisé.
  • Toutes les entreprises pourront aussi reporter le paiement de leurs impôts dus en mars ;
  • Les entreprises doivent au maximum permettre aux employés de travailler à distance.

Au sein des hôpitaux

  • Les soins « non essentiels » sont reportés.

«  Nous aurons sans doute des mesures de contrôle, des fermetures de frontières à prendre », a continué Emmanuel Macron, ajoutant toutefois qu’il ne s’agissait pas d’une mesure prise aujourd’hui.

Crédit photo de la une : Wikimedia Commons

Partager sur les réseaux sociaux