Le président américain a partagé un spot de campagne qui compare des migrants à un meurtrier. Toutes les chaînes américaines l'ont supprimée, mais Twitter l'a laissée en ligne. Facebook reste quant à lui fidèle à son double discours : elle reste en ligne, mais ne peut pas être sponsorisée.

C’est une vidéo d’une minute tellement raciste que même la chaîne américaine très à droite Fox News a décidé de ne plus la diffuser. Le 31 octobre 2018, Donald Trump a partagé et diffusé un spot de campagne politique qui compare des migrants à un assassin.

Luis Bracamontes, un immigrant entré clandestinement sur le sol américain entre 2001 et 2003, a été condamné à mort en 2018 pour le meurtre de deux policiers. Dans la vidéo diffusée par Trump, en ligne ainsi que sur plusieurs chaînes de télévision, on le voit lors de son procès, goguenard, affirmer qu’il «  ne regrette pas » d’avoir tué ces officiers et qu’il « s’échappera bientôt pour en tuer d’autres ». Le spot politique assène alors que « les démocrates l’ont laissé entrer » aux États-Unis, et y superpose des images de la caravane de milliers de migrants honduriens qui cherchent actuellement à rejoindre le nord.

Donald Trump
Donald Trump. // Source : Gage Skidmore

Facebook empêche de sponsoriser la vidéo

Après l’avoir diffusé plusieurs fois, les chaînes NBC et Fox News ont finalement décidé de ne plus montrer le spot en question. Fidèle à son double discours désormais habituel, Facebook n’a quant à lui pas supprimé la vidéo mais a annoncé ne pas lui permettre d’être sponsorisée : « Ce spot viole nos règles de publicité contre les contenus sensationnels, donc nous le rejetons », a signalé le réseau social dans un communiqué repris par Reuters le 5 novembre 2018. Elle a tout de même été vue par un million de personnes sur le réseau social.

Mais une autre plateforme a permis la propagation encore plus spectaculaire de cette vidéo raciste : sur Twitter, elle a été vue plus de 6,5 millions de fois en 5 jours (et compte 45 000 retweets, un score très haut, même pour Donald Trump et ses 55 millions d’abonnés). Twitter n’a pas communiqué sur cette décision.

Interrogé sur la censure de ce clip, Donald Trump a répondu : « Je ne sais pas, nous avons beaucoup de publicités… Beaucoup de choses sont offensantes », rapporte le Guardian ce 5 novembre 2018.

Les Américains doivent voter, ce 6 novembre 2018, pour les élections de « midterm » : ils réélisent entièrement leurs députés (Chambre des représentants) ainsi qu’un tiers des sénateurs et 36 gouverneurs. C’est un enjeu important : si les Démocrates sortent vainqueurs, ils seront majoritaires pour lutter contre la politique du Républicain Donald Trump.

Partager sur les réseaux sociaux