Emmanuel Macron reçoit ce 23 mai 2018 plusieurs patrons de la tech (dont Facebook, Microsoft, Uber) à l'Élysée. Le président français est censé évoquer avec eux les transformations sociales liées aux technologies, lors d'un diner à huis clos.

Mark Zuckerberg, Satya Nadella, Dara Khosrowshahi et d’autres grands patrons de la tech s’apprêtent aujourd’hui à franchir le seuil de l’Élysée. Ils seront reçus par Emmanuel Macron ce 23 mai 2018, à l’occasion du sommet nommé « Tech for Good ».

Au total, une soixantaine de dirigeants et acteurs du domaine de la tech, venus du monde entier, participeront à ce déjeuner organisé à huis clos. Le président français devrait profiter de l’occasion pour les inciter à s’engager en faveurs des « biens communs », autrement dit les domaines de l’éducation, de la santé ou de l’emploi.

Un déjeuner à huis clos pour parler des « biens communs »

Les responsables de plusieurs entreprises se retrouveront ainsi dans la même pièce le temps de cet entretien. Outre les dirigeants de Facebook, Microsoft et Uber, il y aura également des représentantes et représentants d’Apple (Angela Ahrendts), de Google (Jacquelline Fuller), IBM (Virginia Rometty) ou Deliveroo (Will Shu). Des dirigeants français sont invités pour représenter Free (en la personne de Xavier Niel) et Orange (Stéphane Richard).

CC Flickr Anthony Quintano

Cependant, aucun représentant de Twitter ne se rendra au rendez-vous, qui est prévu à 13 heures. Le président rwandais Paul Kagame fait également partie des invités du sommet.

La plupart des invités du sommet seront également présents le lendemain à la Porte de Versailles, pour se rendre à VivaTech, le rendez-vous des startups et des investisseurs. Mark Zuckerberg, qui s’est exprimé devant le Parlement européen le 22 mai, sera sur place.

« Initier un dialogue »

L’événement donnera probablement l’occasion à ces dirigeants de confirmer leur volonté d’anticiper les transformations sociales liées aux nouvelles technologies — comme les développements de l’intelligence artificielle ou l’automatisation.

De leur côté, les conseillers de l’Élysée expliquent qu’Emmanuel Macron « cherche à initier un dialogue » avec les dirigeants de ces entreprises, et « à avoir des discussions parfois franches, directes, parler de la régulation ou de la gouvernance internationale ». C’est évidemment aussi un tour de force qui permet de montrer l’influence de l’Elysée, qu’il a le pouvoir de réunir un grand nombre de patrons de la tech au même endroit — à l’image du président des Etat-Unis Donald Trump qui avait reçu, le 20 juin 2017, un grand nombre de dirigeants au cours d’un « Tech Summit ».

La date de cette réunion a probablement été choisie avec soin : ce déjeuner a en effet lieu deux jours avant l’entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données (RGPD) en Europe. Il reste désormais à observer si cette rencontre entre le chef d’État et les patrons de la tech qui ont fait le déplacement aura des incidences concrètes.

Cet article a été mis à jour à 12 heures, après la réception d’un communiqué de presse nous informant que Google serait présent lors du sommet. L’entreprise sera représentée par Jacquelline Fuller (présidente de Google.org).

Partager sur les réseaux sociaux