Facebook a lancé sa campagne de communication pour inviter ses utilisateurs à jeter un œil aux paramètres de sécurité, liés notamment aux partages de données.

Comme Mark Zuckerberg l’a annoncé à tant de reprises qu’on ne peut plus les compter, Facebook entame sa ruée vers la transparence. Qu’il s’agisse d’une façade pour se sauver de l’affaire Cambridge Analytica ou d’une réelle volonté de se diriger vers un web plus sain pour la vie privée, difficile d’en juger. Reste que tous les utilisatrices et utilisateurs du réseau social sont aujourd’hui invités à fouiller dans leurs paramètres liés aux applications — ces mêmes paramètres qui ont permis à Cambridge Analytica d’aspirer les données de 87 millions de personnes.

Cette invitation se matérialise par une carte tout en haut de votre fil d’actualité. Elle ne disparaîtra pas tant que vous n’avez pas appuyé sur la croix ou accédé aux paramètres pour vérifier les données.

Une fois dans l’interface, on s’aperçoit qu’elle est un poil moins austère qu’avant et qu’elle présente les applications que vous avez utilisées en trois catégories. La plus importante est bien sûr celle notée « Actif », qui vous montre les applications qui utilisent encore vos données personnelles. Quelles données ? Cliquer sur « Voir et modifier » vous permettra de faire une revue complète de leur inventaire.

Sur une application, vous tomberez alors sur plusieurs lignes, avec des informations sur vous. Ici, et c’est là où cela devient intéressant, vous gagnez en granularité pour sélectionner ce que vous partagez ou non. En d’autres termes, si la catégorie Profil public est obligatoire dans l’exemple ci-dessous (ce sont toutes les informations que vous avez configurées en « Public », accessibles depuis n’importe qui sur le web), la Liste d’amis ou les Mentions j’aime peuvent être décochées afin de ne pas être partagées.

Si vous supprimez une application, Facebook ne prend pas de risque et vous annonce que, si vos données ne sont effectivement plus partagées, les données déjà collectées peuvent rester en possession de l’application tierce. C’était le fond du problème Cambridge Analytica, dont la collecte de données a été estimée à 2013, pour une utilisation présumée jusqu’à la campagne de Donald Trump.

Dois-je supprimer toutes ces applications ?

La question de savoir quoi faire avec ces applications tierces n’a pas de réponse absolue. Cela dit, vous devriez vous poser les questions suivantes avant de faire vos choix :

  • Utilisez-vous les services mentionnés sur la page ? Si ce n’est plus le cas, supprimez.
  • Si vous les utilisez, regardez leurs permissions.
  • Pensez-vous que le service a besoin de ces permissions pour fonctionner ? Exemple : un service pour partager un calendrier avec vos amis aura besoin de votre liste d’amis. Un service de replay d’une chaîne de télé n’en aura pas besoin. Décochez tout ce que vous ne jugez pas important. Et si une application ne vous laisse pas décocher une ligne qui vous semble importante, supprimez-la. Vous aurez très probablement la possibilité d’utiliser le service concerné sans Facebook.

Partager sur les réseaux sociaux