Une consultation publique sur la 5G est lancée jusqu'au 16 février 2018. Celle-ci servira à établir une « feuille de route » puis une « stratégie nationale » sur l'ultra haut débit mobile, dont le déploiement devrait débuter aux alentours de 2020.

L’horizon de la 5G s’éclaircit. Début décembre, les ministres européens responsables des technologies de l’information ont validé une feuille de route pour le déploiement de la 5G sur le Vieux Continent. Ils souhaitent qu’en 2020, au moins une grande ville de chaque État membre puisse être couverte en ultra haut débit mobile, puis en 2025 que les principales agglomérations et les grands axes de transport en bénéficient.

Quelques mois plus tôt, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes a bouclé une consultation publique visant à préparer la réorganisation de certaines fréquences. En particulier, un constat a été partagé sur la nécessité de regrouper les fréquences du très haut débit radio et de laisser l’essentiel du segment  3,4 — 3,8 GHz à la 5G.

Réorganisation de la bande.

Consultation publique

Aujourd’hui, le gouvernement propose de franchir une étape supplémentaire avec la mise en place d’une consultation publique jusqu’au 16 février 2018.

Celle-ci « vise à identifier les mesures clefs nécessaires pour relever les défis associés à la 5G : créer des conditions favorables à son déploiement en France, expérimenter de nouveaux usages, et favoriser le développement d’une offre de technologies et de services. Un atelier sera organisé le 8 février prochain afin d’approfondir ces enjeux », explique l’exécutif.

Fixer une « stratégie nationale en matière de 5G »

Cette consultation publique, qui s’adresse d’abord aux acteurs publics, à l’industrie des télécoms et au monde professionnel, donnera lieu à une « feuille de route nationale » et sur la publication d’une « stratégie nationale en matière de 5G », ajoutent Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances, et Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du numérique.

Il est annoncé que seront proposées « des mesures clés très opérationnelles, selon trois objectifs : créer des conditions favorables au déploiement de la 5G en France, expérimenter de nouveaux usages rendus possibles par la 5G, et favoriser le développement d’une offre de technologies et de services 5G ». Elle tiendra compte des actions « déjà engagées » et qu’elle sera « en cohérence » avec les initiatives européennes.

Partager sur les réseaux sociaux