Les braconniers se modernisent et utilisent aujourd’hui les réseaux sociaux, notamment Facebook, pour organiser les ventes de leurs lots et attirer de nouveaux clients. Un commerce toujours aussi illégal et destructeur.

D’après une enquête du Wildlife Justice Commission (WJC) qui a été présentée au public le 14 et le 15 novembre au Palais de la Paix de La Haye, un groupe d’environ 50 braconniers a utilisé Facebook pour déployer son commerce illégal à l’international. Ces derniers trafiquaient notamment l’ivoire, les cornes de rhinocéros et d’autres produits animaux dont le commerce est interdit par la loi.

Le groupe s’était installé dans le petit village vietnamien de Nhi Khe, un endroit déjà connu par les autorités pour avoir abrité d’autres braconniers dans le passé. En effet, le marché principal du braconnage s’étend surtout en Asie, notamment en Chine. Et c’est sans surprise que les braconniers ont utilisé WeChat, un réseau social très populaire en Chine, pour le trafic, notamment, des cornes des rhinocéros.

Les victimes de ce commerce, qui représente 53.1 millions de dollars, sont 907 éléphants, 579 rhinocéros, 225 tigres et d’autres animaux, incluant des espèces rares d’ours ou de tortues.

1644

Source : WCJ

Sur Facebook, les braconniers organisent des ventes aux enchères qui ont lieu dans des groupes privés, et cherchent à utiliser le réseau comme une plateforme de marketing pour attirer de nouveaux clients.

Olivia Swaak-Goldman, Directrice Exécutive du WJC, a fait savoir dans une déclaration officielle que ce crime ne peut pas être ignoré et qu’une action urgente est nécessaire. En effet, l’organisation a décidé d’organiser cette séance d’information publique puisqu’elle n’a pas reçu d’assistance des autorités jusqu’à aujourd’hui — comme la police vietnamienne qui fait la sourde oreille.

Facebook, de son côté, a déclaré qu’il « n’autorise pas le trafic de produits issus de la chasse d’espèces menacées et qu’il n’hésitera pas à supprimer tout genre de contenu qui ne respecte pas les règles de la communauté ». Mais peut-il supprimer ces groupes avec efficacité ?

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !