Les États-Unis et le Royaume-Uni continuent à fournir une aide militaire à l’Ukraine, avec des modèles de drones encore inédits depuis le début de l’invasion. L’armée ukrainienne compte également sur les appareils donnés par les bénévoles pour les transformer en munitions volantes.

Une nouvelle phase s’est engagée dans la guerre qui oppose la Russie à l’Ukraine, avec de nouvelles armes côté ukrainien. Les États-Unis ainsi que le Royaume-Uni ont fourni chacun de nouveaux drones à l’Ukraine pour résister à l’offensive. Le Kremlin, ayant battu en retraite dans la région de Kiev, a décidé de se concentrer sur l’est et le sud du pays.

En plus des canons et des blindés, l’Ukraine a donc reçu des appareils volants pour inspecter le terrain, améliorer la précision de l’artillerie, mais aussi pour directement frapper l’ennemi depuis les airs. L’armée ukrainienne dispose déjà de plusieurs drones qui ont fait leurs preuves sur le terrain, comme le fameux modèle turc Bayraktar TB2. L’armée russe continue à déployer massivement des ORLAN, sorte de petits avions à hélices, pour repérer les forces ukrainiennes et aider leurs cannons dans les frappes.

À noter aussi que Aerorozvidka, l’unité militaire ukrainienne spécialisée dans les drones, continue de modifier des appareils de la marque chinoise DJI afin qu’ils lâchent des grenades sur les troupes russes.

Tour d’horizon de ces nouveaux drones aperçus dans le ciel ukrainien.

Phoenix ghost, l’épreuve du feu pour ce drone suicide

f2c7424f-384f-4163-856b-1b9e7fcbf092_6953260f
Il n’y a pas encore de visuels de ce modèle gardé secret par l’armée américaine. Néanmoins le Pentagone a confirmé qu’il ressemble aux drones kamikaze de type Switchblade. // Source : Aerovironment

Les États-Unis ont fourni à l’Ukraine un modèle inédit de drone. Baptisé Phoenix Ghost, « cet appareil était en développement chez l’Air Force avant la guerre en Ukrainea déclaré un responsable du Pentagone. Lorsque nous avons examiné ses capacités, il était clair qu’il pouvait leur être utile dans le type de combat qu’ils mènent dans le Donbass. Il peut être utilisé pour ses compétences anti-blindés. » Ces drones « ont les mêmes capacités tactiques que les Switchblade », ce qui signifie qu’ils sont légers, portables, et « peuvent être décrits comme un appareil hybride pouvant servir d’éclaireur et d’arme à la fois ».

Les Switchblade sont des drones suicide d’un mètre de longueur, qui ont vocation à foncer et exploser contre un véhicule ou un canon lorsqu’ils le repèrent. Les États-Unis ont déjà envoyé une centaine de drones de ce type et prévoient de livrer 121 unités de Phoenix Ghost. Le modèle sort tout juste du stade de développement et on sait seulement qu’il ressemble au Switchblade.

Quantix Recon, pour la détection de forces armées

AeroVironment-QuantixRecon_06-1-1024×683
Le président du groupe AeroVironment est un ancien immigré afghan qui soutient l’armée ukrainienne en lui offrant des drones. Source : AeroVironment

AeroVironment, la société fabriquant les Switchblade, a annoncé le 19 avril qu’elle faisait don de 100 drones de reconnaissance à l’Ukraine pour renforcer sa défense contre l’invasion russe. Le Quantix Recon ressemble à un petit avion de chasse et peut voler jusqu’à 2 km d’altitude pour repérer des forces ennemies.

Ces appareils fournissent « une reconnaissance précise et rapide des zones éloignées et inaccessibles du champ de bataille en évolution dynamique », a déclaré le président du groupe Wahid Nawabi dans son communiqué.

Le mode « silencieux radiofréquence » du Quantix lui permet d’échapper aux brouilleurs et de voler sans être détecté, fournissant des images géoréférencées à haute résolution en quelques minutes. Le don de Quantix est « indépendant des autres unités » de AeroVironment déjà fournies à l’Ukraine par le gouvernement des États-Unis.

Les drones de tourisme modifiés, le bon rapport coût/efficacité

Aerorozvidka, l’unité ukrainienne spécialisée dans les drones, peut compter sur de multiples dons d’appareils destinés au tourisme ou au milieu professionnel. L’armée les transforme ensuite en minutions volantes et teste ces engins sur le terrain depuis plus près d’un mois. On constate que des améliorations sont apportées à chaque nouvelle vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. Les dernières en date montrent la destruction d’un véhicule blindé depuis les airs.

Pour arriver à ce résultat, l’unité ukrainienne utilise des grenades antichar RKG-3 de l’ère soviétique, qu’elle modifie avec des ailerons imprimés en 3D pour stabiliser leur chute. Ces explosifs étaient considérés comme obsolètes, car ils risquaient de blesser autant le lanceur que le blindé à l’époque. Aucun risque évidemment lorsqu’il est envoyé depuis le ciel par un robot.

Malloy T150, le drone mule

Malloy-Aeronautics-TRV-150-cargo-drone (1)
Ce modèle peut voler automatiquement sans que le conducteur ait besoin de le guider. Source : MalloyAeronautics

Le Royaume-Uni a promis une aide miliaire à hauteur de 350 millions d’euros le 3 mai dernier. Parmi le matériel livré, figurent des Malloy T150, un drone chargé de transporter les cargaisons sur les fronts.

Ce modèle est contrôlé par écran avec une carte sur laquelle on positionne deux points pour déterminer son itinéraire de vol. Le Malloy peut porter jusqu’à 68 kg de matériel et vole jusqu’à 70 km/h pendant 45 minutes.

Le T150 peut être utilisé pour fournir aux troupes de la nourriture, du carburant, des munitions, tout le nécessaire pour des militaires positionnés dans une zone dangereuse. Le but est de passer par les airs pour ravitailler d’urgence, plutôt que de mettre en danger les équipes logistiques.

Les combats sont intenses sur le front de l’Est et du Sud en Ukraine et souvent concentrés dans les villages. Ces drones pourraient apporter une aide non négligeable dans les zones enclavées.