Une entreprise de l’État insulaire a fait don d’une myriade d’appareils volants à l’Ukraine, destinés à larguer des obus sur les ennemis. Ce modèle original reprend la méthode du barillet d’un revolver pour lâcher les explosifs.

L’Ukraine continue à s’armer de drones. Après de nombreux dons européens et américains, cette fois, c’est Taïwan qui enverrait plus de 800 appareils au pays agressé par la Russie, selon un article du média polonais WP Tech publié ce 18 août 2022. Les modèles fournis par l’État insulaire sont inédits et assez originaux, puisqu’ils sont composés de quatre hélices et d’un barillet capable de larguer huit obus. Baptisé Revolver 860 Armed VTOL, cet engin est fabriqué par la société taïwanaise DronesVision, qui s’est inspirée de l’arme à feu éponyme pour lâcher ses projectiles.

Ce quadcopter pèse 42 kg et mesure 1,36 mètre de diamètre. Lorsqu’il est chargé de huit obus, il peut voler jusqu’à 20 km, assez pour surprendre un ennemi. Le site web polonais indique que des intermédiaires en Pologne passaient probablement des commandes d’armes auprès de l’entreprise taïwanaise pour les livrer ensuite au pays voisin. Le fabricant, spécialisé dans les appareils volants militaires, a reconnu que ses produits étaient livrés pour atterrir entre les mains des Ukrainiens.

Un essaim de drones sur le front

L’Ukraine modifie des drones civils depuis les premières semaines de la guerre. Une unité, baptisée Aerorozdika, a pour spécialité la modification d’appareils volants pour les transformer en arme de guerre capable de lâcher des grenades. L’armée russe a par ailleurs repris le concept et a également attaqué les Ukrainiens avec des modèles touristiques remaniés. Généralement, ce sont de petits explosifs ou des armes antichars qui sont largués sur des unités ou un blindé au repos.

Aerovironment drone
Les États-Unis ont également annoncé une livraison de 300 Switchblade 600 à l’armée ukrainienne. // Source : Aerovironment

Le Revolver 860 taïwanais est, lui, équipé d’obus pouvant aller de 60 à 120 mm. Les dégâts pourraient être plus conséquents et si les appareils sont déployés rapidement, des démonstrations sur le terrain seront diffusées à un moment ou un autre. Les attaques par drone suicide menées par les Ukrainiens contre une raffinerie en Russie ou contre des bâtiments militaire en Crimée ont rapidement été publiées sur les réseaux.

À noter que Taïwan, souvent menacé d’agression militaire par la Chine, soutient l’Ukraine face à l’invasion russe. Le déploiement de ces appareils permettra aussi de connaitre leur efficacité.