Elon Musk semble bien parti pour faire la paix avec la SEC.

Elon Musk va-t-il enfin mettre de l’eau dans son vin ? Accusé d’outrage au tribunal pour un tweet lié à Tesla et partagé en février 2019, le milliardaire provocateur semble prêt à faire la paix avec le gendarme de la bourse (Securities and Exchange Commission, SEC). Selon un document judiciaire publié le 26 avril 2019, les deux parties se sont entendues sur une surveillance accrue de la communication d’Elon Musk. Un juge de New York doit valider l’accord à l’amiable.

Elon Musk accepte d’être muselé par un avocat expérimenté, alors chargé de donner le feu vert sur ses déclarations liées à Tesla. L’arrangement porte sur les tweets, bien sûr, mais vaut aussi pour les autres canaux de communication (réseaux sociaux, communiqués de presse, blog de Tesla et conférences avec les investisseurs).

Flickr/Daniel Oberhaus

Elon Musk fait un pas vers la sagesse

Sans avoir obtenu une approbation au préalable, Elon Musk ne pourra plus communiquer sur : les bilans financiers de Tesla, des acquisitions ou fusions potentielles, des chiffres de production ou de livraison qui n’ont pas encore été partagés par Tesla, des nouvelles activités (produits et services) ou encore des chiffres prévisionnels. En bref, Elon Musk ne sera plus libre de parler comme il le souhaite de son entreprise.

Elon Musk parviendra-t-il à tenir ses engagements ? Rien n’est moins sûr. Son litige avec la SEC, dont il s’est ouvertement moquée, avait déjà abouti à un accord après un tweet dans lequel il prévoyait de sortir Tesla de la bourse. Il avait été enfreint après un autre message où il évoquait des chiffres de production susceptibles d’avoir un impact sur les marchés financiers. On connaît le caractère provocateur d’Elon Musk mais l’heure est peut-être, enfin, à la sagesse.

À cause de ses tweets, Elon Musk a également été contraint de laisser son poste de président du conseil d’administration et de payer une amende de 20 millions de dollars.

Crédit photo de la une : Capture YouTube Tesla

Partager sur les réseaux sociaux