Elon Musk a trouvé un accord à 20 millions de dollars pour son tweet sur la sortie de Tesla de la bourse. Il perd la présidence du conseil d'administration.

C’était donc le tweet de trop. Si les frasques d’Elon Musk sur le réseau social à l’oiseau bleu ont eu des sonorités parfois difficiles à entendre et que le patron de Tesla ne s’est pas montré sous son meilleur jour, c’est le tweet lié à la privatisation des fonds de son entreprise qui lui a le plus coûté. La SEC, gendarme boursier américain, a trouvé un accord avec Elon Musk à 20 millions de dollars dans un règlement à l’amiable qui prive également le milliardaire de la présidence de Tesla. Il reste CEO, c’est-à-dire aux commandes opérationnelles de l’entreprise et conserve un siège au conseil d’administration. Tesla, de son côté, doit aussi payer 20 millions de dollars.

Elon musk en train de fumer un joint dans un podcast filmé, diffusé le 7 septembre 2018 // Source : YouTube/PowerfulJRE

« Cette décision a été prise pour prévenir toute perturbation à venir du marché et pour empêcher de causer du tort aux investisseurs de Tesla  », a affirmé Steven Peikin, co-directeur de la SEC dans un communiqué en anglais. Une lourde peine qui doit donc servir d’exemple dans le pays  : jouer avec les codes de la droite alternativeinsulter des journalistes, et traiter un sauveteur de pédophile n’est rien en comparaison d’une erreur qui peut coûter de précieux deniers aux investisseurs. Ce sont d’ailleurs les traders qui parient à la baisse qui ont été les plus remontés après le tweet d’Elon Musk, dans la mesure où l’action a augmenté.

Mais ce déclic est peut-être ce qu’il fallait à l’entrepreneur pour qu’il se concentre de nouveau sur sa mission : Tesla doit nommer sous peu deux directeurs indépendants à son conseil d’administration, établir un comité de direction indépendant et « contrôler » la communication d’Elon Musk, d’après nos confrères de TechCrunch. Cela signifie donc que les mains parfois trop rapides à attraper un clavier du fondateur de Tesla sont désormais tenues par la loi. Une décision qui pourrait donc peut-être assainir la communication de l’entreprise dans un avenir proche.

Crédit photo de la une : Flickr TED Conference

Partager sur les réseaux sociaux