Waymo, la filiale d'Alphabet, va s'associer à l'alliance Nissan-Renault-Mitsubishi pour créer un service de taxi autonomes.

Créer une service de taxi autonome demande des ressources technologiques et monétaires si importantes que les plus grosses sociétés doivent s’associer. Nikkei a ainsi annoncé la prochaine association de l’alliance Nissan-Renault-Mitsubishi et du développeur Waymo, filiale d’Alphabet, la maison mère de Google.

La première représente une vente totale de 10.8 millions de voitures en 2018, tandis que le second est leader en matière de technologie de conduite autonome.

A quand une Nissan dotée de la technologie Waymo ? // Source : Waymo/Youtube

Chaque parti possède ce dont l’autre à besoin.

Du côté de l’alliance, il est important de rattraper son retard dans le domaine des voitures autonomes. Si Nissan espère proposer des systèmes de conduite entièrement automatisés en 2022, la société est dépassée par ses rivaux BMW et Ford qui promettent une telle technologie pour 2021. Du côté de Waymo, une flotte de véhicules ne s’improvise pas et un fournisseur lui est nécessaire. Les trois constructeurs de l’alliance ayant une bonne place sur le marché des voitures électriques, elles correspondent parfaitement aux attentes de la filiale de Google.

La concurrence sera rude

L’association de Nissan, Renault, Mitsubishi et Waymo n’est pas seulement pratique pour les premiers concernés, mais nécessaire pour faire face à la concurrence. En plus de BMW et Ford, le sociétés doivent compter avec la collaboration Toyota-Uber. Les deux firmes annoncent leurs voitures autonomes pour 2021 et c’est donc une véritable course qui commence.

Pour la première fois, la filiale d’Alphabet va s’associer à d’importants constructeurs automobiles, aussi bien pour des raisons techniques que pour gagner du temps. Il pourrait s’agir du coup de pouce dont avait besoin Waymo pour véritablement s’imposer dans le domaine des voitures autonomes.

Partager sur les réseaux sociaux