Les coups de téléphone sur le fixe d'autrefois, qui reposent sur le réseau téléphonique commuté, appartiendront bientôt au passé. Orange va cesser la vente d'abonnements reposant sur ce procédé. La téléphonie fixe existera toujours, mais elle passera par le net.

Vous prévoyez d’emménager dans un nouveau logement après le 15 novembre 2018 ? Prenez note : après cette date, il ne sera plus possible de s’abonner au téléphone fixe traditionnel auprès d’Orange. L’opérateur historique prépare en effet la fin du réseau téléphonique commuté (RTC) et cela passe, pour commencer, par l’arrêt commercial de ce service de téléphonie.

À la place, il faudra acquérir une box auprès du FAI, de sorte que les communications téléphoniques passent par le réseau IP (Internet Protocol, c’est-à-dire le protocole qui fragmente chaque message en différents petits paquets, et qui organise par ailleurs leur acheminement sur la toile, indépendamment les uns des autres, avant de les réassembler à l’arrivée de façon à recomposer l’information).

L’arrêt de la vente par Orange des abonnements traditionnels au téléphone fixe, annoncé dans les colonnes du Parisien, ne veut pas dire que le réseau téléphonique commuté cessera de marcher après le 15 novembre. Les abonnements actuels ont un répit d’au moins cinq ans, dans la mesure où les premières coupures ne surviendront véritablement qu’à partir de 2023 et s’étaleront sur plusieurs années.

En outre, ces interruptions seront organisées par groupes de communes.

Prise en T
L’intérieur d’une prise en T. // Source : ThorstenS

Changement de technologie

Des campagnes de communication sont prévues en amont à mesure que le RTC sera rendu inopérant dans certaines collectivités, afin de ne prendre personne au dépourvu. Selon des statistiques du régulateur des télécoms datant du début juillet, on recense 9,9 millions d’abonnements à la téléphonie traditionnelle. Un nombre qui décroit au fil des ans, à mesure que la bascule au tout-IP se fait.

Il faut bien comprendre que l’annonce d’Orange ne signe pas la mort du téléphone fixe (et cela même si les smartphones ont la cote).

Ce qui se joue en réalité est un changement de technologie dans la façon d’acheminer les communications. Car pour l’opérateur historique, le RTC est devenu depuis un certain nombre d’années une source croissante de problèmes : le réseau est vieillissant, pour ne pas dire obsolète, les pièces pour faire des réparations de plus en plus difficiles à obtenir et la main-d’œuvre qualifiée se raréfie.

Les opérateurs ont toutefois conscience que cette transition posera des difficultés, chez les personnes âgées par exemple : des formules adaptées et des équipements simplifiés sont prévus, notamment chez Orange, de sorte de ne proposer que de la téléphonie fixe à ceux et celles qui ne veulent ni d’Internet ni de télévision. En termes de prix, la gamme des tarifs ne devrait pas ou peu bouger.

À lire sur Numerama : Orange  : tout ce qu’il faut savoir sur la mort prochaine du téléphone fixe historique

Partager sur les réseaux sociaux