Elon Musk a un nouveau plan de rémunération avec Tesla. Il ne touchera de l'argent que si la firme américain atteint des objectifs très, très élevés lors des dix prochaines années.

Visionnaire ou mégalo, Elon Musk a décidé de lier sa santé financière personnelle à celle de Tesla. Un sacré pari qui pourrait lui faire tout gagner… ou tout perdre. On n’irait pas jusqu’à dire que nous sommes inquiets pour l’avenir de monsieur Musk, mais le fait est que son nouveau plan de rémunération, qui doit encore être accepté par les investisseurs, ne lui garantira aucune rentrée d’argent. Plus concrètement, il ne percevra pas de salaire, mais recevra des bonus colossaux s’il parvient à réaliser des objectifs immensément ambitieux. Par exemple, dans dix ans, Tesla devra valoir 650 milliards de dollars à la Bourse. Aujourd’hui, le géant en vaut 60.

elon musk ted

Des objectifs immenses

Pour Tesla, ce nouveau plan de rémunération est surtout une manière de garder Elon Musk à sa tête sur le long terme, une stratégie pensée pour assurer un maximum de revenus aux ayants droit. Et aussi pour le garder très motivé à l’idée de faire avancer la firme dans la bonne direction, consistant à révolutionner le monde avec des produits pensés pour protéger la planète et à en tirer beaucoup d’argent. Dans un futur proche, Tesla ne misera pas seulement sur ses voitures qui font rêver, mais aussi sur ses technologies basées sur l’énergie solaire ou encore le développement d’un véhicule 100 % autonome. Sans compter les projets plus lunaires (comme conquérir Mars).

Elon Musk recevra donc des stock-options à chaque fois que Tesla franchira un seuil à la Bourse — de 100 milliards de dollars (la première étape) à 650 milliards de dollars par tranche de 50 milliards — et atteindra, en parallèle, des objectifs opérationnels fixés à l’avance (de 20 milliards à 175 milliards de dollars de chiffre d’affaires et de 1,5 à 14 milliards de dollars du côté de l’excédent brut d’exploitation).

On notera qu’Elon Musk avait déjà eu droit à un plan de rémunération articulé autour de missions à remplir (de 2012 à 2017). Le précédent était néanmoins basé sur des paliers a priori plus simples à atteindre (développement d’un prototype d’une Model X, lancement d’une version commerciale d’une Model 3, 100 000 voitures produites…). Grâce à lui, la capitalisation boursière de Tesla a été multipliée par 17.

Partager sur les réseaux sociaux