À première vue, Orange Bank est un hybride entre une banque mobile et une banque traditionnelle. Un entre deux efficace pour rassurer les clients qui hésitaient à quitter leur bonne vieille banque ?

Après plusieurs reports, le projet Orange Bank est enfin sorti. Par rapport à tous ses concurrents sur le secteur des néobanques ou des banques mobiles, Orange a un avantage certain : un nom qui rassure les Françaises et les Français qui hésiteraient à faire passer leur argent d’une banque traditionnelle à leur smartphone. L’offre, de son côté, ne surprend pas vraiment pour qui a déjà goûté à des N26 et assimilés. Mais sans surprendre, elle ne déçoit pas.

Côté prise en main, l’inscription se déroule entièrement sur votre smartphone. En quelques minutes, si vous avez les éléments sous la main (pièce d’identité, justificatif de domicile…), vous pouvez signer numériquement votre contrat et ouvrir votre compte. Un premier virement sur le compte est nécessaire pour compléter l’opération. Une fois cette étape passée, vous vous retrouvez sur une app de gestion de compte en banque fort classique et plutôt jolie, qui rappelle par ses aplats de couleur le design du groupe Orange. On est en terrain connu… même s’il faut attendre 3 jours pour que le compte soit validé.

La question du prix est la plus importante : combien ça coûte ? Évidemment, Orange met en avant les mots « Gratuit » et se plaît à rappeler ses « 0 € » un peu partout. Cela dit, les mentions légales sont nombreuses (pour ainsi dire, à chaque déclaration sur les tarifs, on trouve une « note de bas de page » qui précise le caractère gratuit de l’offre). Orange Bank propose donc l’ouverture et la tenue gratuite du compte, ainsi que l’émission et l’envoi d’une carte Visa, si et seulement si vous réalisez au moins 3 paiements ou retraits chaque mois. 

La gratuité prend également en compte l’assurance des moyens de paiement, le paiement mobile (Orange Bank est compatible Apple Pay même si la page qui décrit le service se garde de le nommer), des virements par SMS, des virements en euros (zone SEPA) et des retraits en euro en France. L’application affiche le solde du compte de manière instantanée et, contrairement à N26, le découvert est autorisé (les intérêts sont de 8 % pour un découvert autorisé et de 16 % pour un dépassement de la limite autorisée).

Les frais commencent quand vous ne gérez pas votre argent vous-même. Par exemple, toute opération par un opérateur humain (comme un virement SEPA), vous coûtera 5 €. De même, si vous n’utilisez pas 3 fois votre compte dans le mois, vous devrez payer une amende de 5 €. Un renouvellement de carte bancaire avant sa date limite vous coûtera 10 €. À l’étranger, des taxes seront appliquées sur les retraits et les paiements en devises étrangères : 2 % par retrait d’espèce et par paiement par carte — un désavantage par rapport aux concurrents. Les virements hors zone SEPA vous coûteront 25 € à envoyer, 15 € à recevoir, avec en plus 14 € de frais de change par opération. Une demande de virement Urgent coûtera, elle, 15 €. Si une opération est rejetée par manque de fonds, cela vous coûtera 8 €.

Bref, en entrant dans les détails du compte, on s’aperçoit que Orange Bank reste chère pour des opérations exceptionnelles, mais aussi pour des opérations plutôt banales chez les autres banques (comme le paiement en devise étrangère). Au rang des bonus, l’opérateur français va vous proposer un compte sur Livret avec intérêt à 1 %, un RIB français qui va vous permettre de faire tous vos prélèvements mensuels sur votre compte et, comme nous l’avons noté, le paiement par Apple Pay et les virements par SMS.

Orange Bank est donc une option à considérer si les voyages ou les paiements en dehors de la zone euro ne font pas partie de votre quotidien. De même, il ne s’agira pas d’en faire un « portefeuille secondaire » : avec les retraits imposés pour profiter de la gratuité, l’opérateur souhaite vraiment devenir votre banque principale.

Partager sur les réseaux sociaux