Acteur important du monde de la Formule 1, Renault espère encore en être un dans dix ans. Comme le prouve cette vision d'une monoplace pour 2027.

À quoi ressemblera une Formule 1 en 2027 ? Cette question ne taraude peut-être pas l’esprit des fans de la discipline, lesquels se demandent plutôt si leur sport mécanique favori existera toujours à cet horizon lointain. Mais toujours est-il que les ingénieurs de Renault, redevenu une écurie en 2016 en plus de son statut de motoriste, ont fait un bond dans le temps afin d’imaginer la monoplace que pourraient piloter les futurs meilleurs pilotes du monde, alors en chasse des records détenus par Michael Schumacher, Sebastian Vettel et autre Lewis Hamilton. Cette anticipation, c’est la Renault R.S. 2027 Vision.

Rendez-vous dans dix ans

Il ne faut bien évidemment pas prendre ladite vision pour argent comptant. C’est une projection qui, en quelque sorte, immortalise les fantasmes de Renault en plus d’asseoir ses ambitions en Formule 1. Le géant français, champion du monde en 2005 et 2006 avec Fernando Alonso et à l’origine du bloc moteur ayant dominé le championnat entre 2011 et 2014 en compagnie de Red Bull, entend redevenir un acteur majeur. Cette R.S. 2027 Vision est la parfaite représentation de cette volonté.

S’il est aussi difficile de se projeter très loin en Formule 1, c’est tout simplement parce que la réglementation, très stricte, régit beaucoup de choses en matière de choix aérodynamiques. En plus d’assurer la sécurité des pilotes (l’apparition imminente du halo), elle permet de relancer constamment la compétition en donnant naissance à des ères de domination. Et en 2027, peut-être que Renault régnera sur la F1.

En tout cas, il se prend à rêver d’un sport mécanique où l’humain redevient au centre de tout. En témoignent un casque et un cockpit transparents laissant apercevoir les émotions du pilote ou encore les pièces translucides mettant en avant le corps. Autrement, on notera que les ailerons avant et arrière sont simplistes – contrairement à ceux d’aujourd’hui – et que les éléments amenés à disparaître en 2018 ont… disparu (T-wing et aileron requin).

On terminera ce voyage dans le futur par un autre souhait exprimé par Renault : celui de connecter la Formule 1 aux fans, avec des informations transmises en temps réel sur les réseaux sociaux (datas de course, consommation d’essence, état physique…) et, pourquoi pas, une participation des spectateurs. À noter qu’elle existe déjà en Formule E avec le fan boost, un surplus de puissance accordé à un pilote et décidé via des votes. Rendez-vous dans dix ans.

Partager sur les réseaux sociaux