Une future version de Google Chrome, actuellement en développement, intégrera un système d'alerte pour indiquer à l'internaute si une extension tente de modifier la façon dont Chrome se connecte à Internet ou modifie sa page d'accueil.

Comme toutes les autres compagnies fournissant un navigateur web, Google effectue régulièrement des modifications dans Chrome pour améliorer la fiabilité du logiciel et la sécurité des internautes. Il est en effet capital que le logiciel reste globalement sûr, efficace et performant, sous peine de voir sa communauté aller voir si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs.

Ces changements sont bien souvent invisibles pour l’utilisateur, mais pas toujours : ils vont du retrait de certaines technologies jugées obsolètes et défaillantes (comme Flash) au déploiement de correctifs produits (parfois grâce à une aide extérieure), en passant par de nouvelles fonctionnalités (affichage de plusieurs alertes quand une page ne propose pas de connexion sécurisée).

Empêcher une prise de contrôle

Comme le pointe le site Bleeping Computer, Google Chrome va bientôt afficher certains avertissements lorsque des modules complémentaires cherchent à modifier la manière dont le navigateur fonctionne. Une version avancée du logiciel — comprenez : qui n’est pas encore prête pour être livrée au grand public — inclut en effet un système d’alerte en cas de redirection du trafic ou de modification de la page d’accueil.

Lorsqu’une extension sera prise la main dans le sac, Google Chrome — dans ses versions 62 et ultérieures — affichera des encarts informant l’internaute de ce qu’il vient de se produire. L’intéressé aura alors deux possibilités : il pourra demander le rétablissement des réglages (il n’est pas précisé s’il s’agit des paramètres précédents ou ceux par défaut) ou bien poursuivre avec les changements.

« Cette extension a pris le contrôle de vos paramètres de proxy, ce qui signifie qu’elle peut changer, casser ou écouter tout ce que vous faites en ligne. Si vous ne savez pas pourquoi ce changement s’est produit, vous ne le voulez probablement pas », lit-on dans le premier message. Le second affiche un avertissement semblable et propose aussi de rétablir la situation si la page d’accueil n’est plus tout à fait comme avant.

Le déploiement de cet outil constitue une autre façon pour Google de lutter contre des extensions malveillantes : alors qu’en amont, l’entreprise passe souvent un coup de balai dans son Chrome Web Store en supprimant des modules qui insèrent de la publicité ou qui ne suivent pas ses consignes, elle peut aussi agir plus efficacement en aval en prévenant les internautes si des modules posent problème.

Partager sur les réseaux sociaux