La Fédération des Aveugles et des Amblyopes de France vient de créer un label d'accessibilité destiné aux personnes déficientes visuelles. Il peut désormais être apposé sur les documents PDF, au préalable soumis à une série de tests.

Rendre le numérique plus accessible aux personnes en situation de handicap peut passer par l’instauration de labels, utiles pour les internautes concerné(e)s. Afin d’aider tout particulièrement les personnes déficientes visuelles, la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France vient de créer son propre pictogramme attestant de l’accessibilité des documents PDF.

En juin 2016, la fédération dressait en effet le constat suivant : plus de 90 % des utilisateurs de lecteur d’écran — soit principalement des personnes aveugles et malvoyantes — ouvraient un fichier PDF sans avoir l’assurance de pouvoir effectivement y accéder.

D’abord appliqué aux documents PDF

« Ce label, élaboré en partenariat avec les sociétés Atalan et Com’Access, s’appliquera dans un premier temps aux documents PDF. Il s’ouvrira ensuite progressivement à d’autres formats tels que ceux utilisés pour les livres numériques (Daisy, ePub) et la bureautique (Word, OpenOffice, LibreOffice etc.). Nous envisageons à terme d’inclure le matériel adapté et grand public », précise la Fédération dans un communiqué de presse.

Comment obtenir ce label sur vos propres documents PDF ? La procédure de validation d’un document repose sur une série de tests automatiques et manuels mis en place par la Fédération. Une fois ces tests passés, le document doit encore être soumis à l’approbation d’utilisateurs en situation de déficience visuelle.

Trois types de tests

Ainsi, la fédération s’assure que l’ensemble des contenus présents dans un document respectent plusieurs critères d’accessibilité, énumérés dans un document de référence. Ainsi, parmi les « tests automatiques », plusieurs critères sont obligatoires, comme l’affichage du document dans les propriétés et dans la barre de titre, ou l’insertion des balises adéquates au niveau des titres, des listes, des liens ou des tableaux présents dans le document.

Au niveau des critères dits « manuels », la fédération s’assure que les contrastes des différents contenus sont suffisants, que la langue du document est renseignée dans les propriétés ou encore que la numérotation des pages dans le lecteur PDF correspond à la pagination du fichier.

Le document doit rester compréhensible lors de la lecture avec des technologies d’assistance

Enfin, les tests « utilisateurs » permettent, entre autres, de confirmer que les informations présentes dans le document sont compréhensibles lors de la lecture avec des technologies d’assistance. L’ensemble des documents labélisés rejoindra ensuite une liste éditée sur le site de la fédération.

Au cours du mois de juin 2017, le gouvernement français avait de son côté fait valoir son engagement pour améliorer l’accessibilité des services publics numériques pour les personnes handicapées — les contours de ses plans en la matière restant néanmoins relativement flous.

Partager sur les réseaux sociaux