iOS 11 apporte des fonctionnalités de macOS sur iPad. Des arguments qui, enfin, semblent capables de séduire les professionnels.

Quand Apple a sorti un iPad Pro avec toute une campagne marketing autour de cet outil qui pourrait remplacer les PC, nous étions sceptiques. Quand nous avons fait le test de l’iPad Pro 12 pouces et de l’iPad Pro 9,7 pouces ensuite, nous étions convaincus : iOS, malgré toutes ses qualités, ne pouvait pas remplacer un PC ou un Mac dédié à la productivité. Les principaux problèmes étaient liés aux applications disponibles et au système de fichiers inexistant. On perdait du temps tout le temps, pour chaque action, au lieu d’en gagner.

Avec iOS 11, qui débarquera gratuitement à l’automne et qui équipera tous les iPad, y compris le nouvel iPad Pro 10,5 pouces et son écran 120 Hz qui nous fait un peu rêver, la tablette d’Apple a plusieurs solutions pour tous ces problèmes.

Tout d’abord, elle inclut un véritable explorateur de fichiers nommé Files. Cette application permet de parcourir l’arborescence des documents et des fichiers sur l’iPad et supporte le drag n drop, comme sur un ordinateur. Vous pourrez enregistrer une photo en pièce jointe sur votre iPad d’un glisser-déposer depuis un mail et la glisser-déposer dans un éditeur de photo, puis sur la base de données de votre site web. C’est absolument essentiel pour des tâches dites « de productivité ».

Ensuite, Apple a revu sa copie du côté des… fenêtres. Oui, des fenêtres. Vous pourrez désormais appeler une application fenêtrée et la déplacer sur l’écran pour l’ajuster. Il est possible d’avoir un écran qui ressemble beaucoup à celui qui expose toutes les fenêtres ouvertes sur macOS et qui correspond à ce qu’on trouverait sous un Windows + Tab sous Windows 10. Bref, on a sous les mains un véritable système qui nous permet de passer d’une app à l’autre, d’une fenêtre à l’autre et de gérer plusieurs tâches les unes à la suite des autres avec les mêmes fichiers.

Enfin, et c’est la petite touche finale qui crie « convergence » : iOS 11 sur iPad vient avec un dock d’applications qui fonctionne comme celui de macOS. Vous pouvez le faire apparaître à tout moment et stocker des tas d’applications toujours accessibles en « une touche ». Les démonstrations étaient bluffantes et on a clairement hâte de voir ce système en action : nous l’éprouverons, comme l’an passé, dans un test en conditions réelles. Et peut-être que l’iPad pourra enfin devenir un véritable ordinateur de productivité d’appoint, idéal pour les déplacements.

Partager sur les réseaux sociaux