L'iPad Pro va débarquer dans quelques semaines et Tim Cook est déjà agressif sur le sujet. Pour lui, la nouvelle tablette d'Apple remplacera l'ordinateur.

C’est dans une interview au Telegraph que Tim Cook tint à peu près ce langage : « Je pense que si vous considérez un PC, vous vous posez vraiment la question de savoir pourquoi vous en achèteriez un. Non vraiment, pourquoi en achèteriez-vous un ?  » Venant du CEO de l’entreprise qui vend aujourd’hui des MacBook, des MacBook Pro, des MacBook Air, des iMac et des Mac Pro, qui sont autant de personal computers cela semble un brin hypocrite. D’autant que ce n’est pas sa gamme d’ordinateur contre celle, par exemple, propulsée par Windows, dont Cook parle, mais bien le concept d’ordinateur de manière générale.

L’ipad Pro : la tablette post-pc ?

« L’iPad Pro remplace un ordinateur portable ou un ordinateur de bureau pour beaucoup, beaucoup de gens. Ces gens vont commencer à l’utiliser et vont se rendre compte petit à petit qu’ils n’auront plus besoin de rien d’autre, si ce n’est de leur téléphone  », a-t-il ajouté. C’est donc la nouvelle tablette d’Apple que Cook souhaitait mettre en avant en la comparant au monde de l’ordinateur. Une sortie compréhensible dans une stratégie de communication autour du produit mais qui a intérêt à être suivie tant elle semble prophétique.

D’autant plus quand on sait que d’autres, Microsoft en première ligne, se sont essayés à « l’ère post-PC ». Avec Windows 8, Microsoft avait estimé que les gens n’auraient plus besoin du bureau traditionnel qui a fait la marque de l’entreprise et qu’ils se dirigeraient en masse vers les tablettes tactiles comme la Surface. Aujourd’hui, Windows 10 est sorti et a tout d’un retour sur cette position : le nouveau système de Microsoft revient aux fondamentaux pour tenter de re-conquérir le cœur des utilisateurs qui continuent à souhaiter utiliser Windows sur un ordinateur classique.

L'ère post-PC a un prix
L’ère post-PC a un prix

Alors oui, certes, l’iPad Pro est proche, au niveau du hardware, d’un ordinateur de bureau ou d’un laptop qui suffirait aux usages les plus répandus (mails, navigation web, utilisation multimédia et quelques jeux) et cela ne fait plus trop de doutes que dans une génération ou deux, Apple arrivera à du matériel qui lui permettra de fusionner sa gamme de MacBook Air et sa gamme d’iPad Pro. De même, l’iPad Pro tente de jouer du côté des professionnels de l’image avec son stylet qui reconnaît plusieurs niveaux de pression et Apple pourrait commercialiser d’autres accessoires du même genre. À côté de cela, le marché de l’ordinateur n’arrive plus à retrouver sa croissance d’il y a quelques années. Mettez les trois facteurs ensemble et vous pourriez croire à la prédiction de Tim Cook.

Mais est-ce vraiment souhaitable ? Les tests pratiques de l’iPad Pro permettront de répondre à cette question, mais aujourd’hui, il est difficile d’imaginer utiliser uniquement une tablette tactile pour travailler. Des logiciels professionnels manquent encore à l’appel et l’ergonomie générale d’un OS mobile n’est pas pensée pour la productivité — sans compter que la position du poignet en équilibre sur un écran tactile pendant une journée n’est pas de tout confort. Pour autant, il serait tout aussi imprudent de refuser par principe la provocation de Tim Cook : aurions-nous imaginé il y a une dizaine d’années que la plupart de l’informatique mobile se passerait sur un smartphone et non sur un laptop ?

Aurions-nous imaginé il y a une dizaine d’années que la plupart de l’informatique mobile se passerait sur un smartphone et non sur un laptop ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés