Prendre vos rendez-vous en ligne avec l'un des neuf mille médecins de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) sera permis d'ici juin. Grâce à un plan ambitieux proposé par la startup française Doctolib, le CHU parisien rénove un peu ses pratiques.

L’AP-HP, institution parisienne publique, se tourne vers le privé et les startups pour améliorer sa gestion des patients et la prise de rendez-vous. En effet, avec un partenariat inédit le CHU va permettre à chacun d’organiser son rendez-vous avec un des médecins du centre depuis son ordinateur ou smartphone.

Un agenda au service du patient et du professionnel

Le système, bien connu des Français, est édité par Doctolib, une startup qui depuis déjà plusieurs années promeut une nouvelle gestion des agendas pour les médecins libéraux. En quelques clics, l’éditeur permet à l’utilisateur d’éviter les longs coups de fil aux secrétariats en proposant un agenda connecté pour chaque médecin.

C’est donc aujourd’hui au tour de l‘AP-HP de se laisser séduire par la startup. Cette dernière avait remporté l’année passée un appel d’offres du centre qui indiquait alors vouloir développer les démarches des patients et dégager du temps à son personnel grâce au numérique. Il en résulte une application mobile pour l’AP-HP qui permet de prendre des rendez-vous dans déjà sept établissements franciliens, comme Bicêtre ou Paul-Brousse.

Le service sera proposé aux trente-neuf établissements de l’AP-HP, selon son porte-parole. L’institution vise par ailleurs une moyenne de 1,2 million de rendez-vous pris en ligne sur les 4 millions de consultations dispensées par ses médecins.

Pour la startup française, leader à l’échelle de l’Europe de l’accompagnement numérique de la médecine, le contrat avec l’AP-HP est déterminant. La complexité de l’organisation du centre parisien est autant un défi qu’un accomplissement pour cette entreprise qui a déjà converti 21 000 professionnels de passer à l’agenda connecté des médecins.

Doctolib peut se féliciter d’avoir cette fois-ci réussi à convaincre une institution aussi symbolique que l’AP-HP, dirigée par Martin Hirsch. La simplification de l’hôpital public est peut-être sur la bonne voie.

Partager sur les réseaux sociaux