Le réseau social de Mark Zuckerberg achève sa copie de Snapchat en introduisant directement sur son appli principale les stories et les filtres photo/vidéo qui font le succès de son concurrent.

C’était inévitable : après avoir reproduit de nombreuses fonctionnalités tirées de Snapchat,  Facebook vient d’achever sa copie sur son application mobile (iOS et Android) en y intégrant des stories et des filtres photo/vidéo.

Si la mise à jour n’était pas encore intégrée à la version française de l’appli au moment de la rédaction de cet article, le réseau social affirme « commencer à la déployer dès aujourd’hui » dans différents pays du monde, ce qui laisse supposer que ces ajouts seront bientôt disponibles, alors que la fonctionnalité de stories était déjà en test dans certaines zones depuis janvier.

Les utilisateurs mobiles concernés peuvent donc désormais publier des photos et vidéos vouées à disparaître au bout de 24 heures — comme c’était déjà le cas sur Messenger –, que l’on peut intégrer directement au-dessus de son fil d’actualité mais aussi envoyer aux amis de son choix par message privé avec la fonctionnalité « Direct ».

 

Vers du multi-plateformes ?

Facebook introduit surtout des filtres visant à égayer les publications : le potentiel commercial de l’option est parfaitement illustré par les filtres Power Rangers, Moi, moche et méchant 3 ou encore ceux des Schtroumpfs, autant de films attendus prochainement.

Plutôt que de parler de plagiat de Snachat, le réseau social préfère logiquement citer les retours des utilisateurs d’Instagram adeptes des stories — déjà dérobés au réseau social concurrent — pour justifier leur déploiement sur Facebook.

Selon The Next Web, les retours des membres de Facebook permettront au réseau social de décider s’il souhaite offrir l’option de partager la même story sur ses deux plateformes — Facebook et Instagram — ou s’il préfère garder la séparation actuelle, chaque app étant dotée de la fonctionnalité. Celle-ci est notamment utilisée par 150 millions d’utilisateurs sur Instagram alors qu’elle peine à rencontrer le succès sur WhatsApp, autre appli possédée par Facebook.

Partager sur les réseaux sociaux