La ville de Munich doit déterminer cette semaine si elle continue à utiliser une distribution Linux sur ses postes informatiques ou si elle repasse sur Windows.

La ville de Munich est à la croisée des chemins. Va-t-elle continuer à utiliser LiMux, un système d’exploitation libre et open source basé sur la distribution Ubuntu, ou faire marche arrière en réinstallant Windows sur l’ensemble de ses postes informatiques ? C’est à cette épineuse question que la municipalité va devoir répondre puisqu’un vote doit avoir lieu cette semaine, signale TechRepublic.

C’est en 2006 que Munich avait décidé de mettre à jour son parc informatique pour ne plus dépendre des solutions propriétaires et payantes de Microsoft. Décidée deux ans auparavant, cette migration aurait permis à la mairie d’économiser des millions d’euros en passant à un OS gratuit. Or, la bascule ne semble pas avoir satisfait tout le monde et le nouveau maire est prêt à faire machine arrière.

L’édile du parti social-démocrate d’Allemagne, Dieter Reiter, avait exprimé dès 2014, c’est à dire l’année de son élection, la perspective d’un abandon de Linux au profit de Windows, au motif que des agents ont remonté leur mécontentement à la hiérarchie. Selon eux, leurs missions étaient plus faciles à conduire avec Windows que sur les solutions concoctées par la communauté du libre.

Si la proposition du bourgmestre est adoptée, la migration ne se fera pas du jour au lendemain. Il est question d’une bascule progressive, en 2020 au plus tard. En outre, ceux voulant rester sur LiMux ne seront a priori pas forcés de faire un changement dont ils ne veulent pas ; la virtualisation, les services à distance et les applications web devraient suffire pour que chacun puisse utiliser les logiciels de son choix.

Il n’est pas du tout acquis que la proposition de retour sur Windows soit adoptée par la municipalité. The Register fait en effet remarquer que le SPD a besoin du soutien des Verts sur ce dossier ; or, le parti écologique allemand reste favorable au logiciel libre. La coalition se divisera-t-elle sur cette question ?

Windows 10
CC DNP

La communauté du logiciel libre, elle, regarde la situation munichoise avec une certaine appréhension. Elle qui avait applaudi la décision de la ville de basculer entièrement sur une distribution Linux est peut-être sur le point de faire l’exact contraire dans les jours à venir. Matthias Kirschner, le président de la Free Software Fondation Europe, ne cache d’ailleurs pas son agacement.

« La proposition actuelle est une mauvaise blague. Ils ne savent pas exactement ce que ça impliquerait s’ils abandonnaient LiMux. Ils ne savent pas combien de temps cela prendrait et combien cela coûterait. Mais malgré cela, le maire, Dieter Reiter, veut passer à Microsoft, quoi qu’il arrive ». Les débats municipaux autour de la proposition promettent d’être animées dans la capitale de la Bavière.

Partager sur les réseaux sociaux